A la découverte de la finance islamique

Si elle a été un secteur méconnu de la finance mondiale il y a encore quelque temps, la finance islamique est en plein essor ces dernières années. Dans cet article, Pulse partage avec vous ce qui fait la particularité de ce mécanisme de financement ainsi que sa place dans l’économie internationale.

Finance islamique
  • Finance islamique, de quoi parle-t-on ?

La finance islamique fait référence à l’ensemble des transactions et produits financiers conformes aux principes de la loi islamique. Elle implique l’interdiction de l’usure, de l’intérêt, de l’incertitude, de la spéculation, l’investissement dans des secteurs considérés comme illicites en Islam, tels que les paris sur les jeux, l’alcool, le tabac…

  • La finance islamique en chiffres

Selon le ministère de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique de la France, en 2019, la finance islamique représentait près de 2 400 milliards d’euros d’actifs à travers le monde. En plus, ce chiffre pourrait atteindre environ 3 100 milliards d'euros à l’horizon 2024, selon la même source.

  • Compte bancaire
ADVERTISEMENT

N'importe quelle personne physique ou morale a la possibilité de déposer des fonds sur un compte courant qui sont garantis par la banque islamique. Elles bénéficient de chéquiers gratuits, de services, de transferts de fonds, etc.

Concernant les cartes bancaires, vu qu’en finance islamique l’argent ne peut fructifier ex-nihilo, « Dès lors, si la carte bancaire entraîne d’autres frais que les frais de gestion, son utilisation est proscrite. Seules les cartes de retrait et les cartes ‘Prepaid’ sont proposées aux clients des banques islamiques », indique le site La Finance pour tous.

  • Le prêt islamique

Si un client veut acquérir un bien, la banque lui achète ce bien et devient ainsi un co-investisseur. Le client va rembourser la somme sous forme de versements de loyers augmentés d’une marge bénéficiaire. Selon La Finance pour tous, cette marge ne s’apparente pas à un intérêt puisqu’elle correspond à la transformation d’un paiement de court terme en long terme, autorisée par la loi islamique. Jusqu’ici, il n’existe pas de différence significative entre l’octroi d’un prêt par une banque classique et une banque islamique.

Par ailleurs, si l’emprunteur ne peut pas rembourser son prêt, la banque ne peut facturer des pénalités de retard.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Centre de santé de Ngor : Toussaint Manga limogé de son poste de médecin-chef

Centre de santé de Ngor : Toussaint Manga limogé de son poste de médecin-chef

344 détenus (politiques) déjà  libres, 272 libérés prochainement

344 détenus (politiques) déjà libres, 272 libérés prochainement

Ouest Foire : 5 bébés morts retrouvés dans des ordures

Ouest Foire : 5 bébés morts retrouvés dans des ordures

Déchéances - Saison2: voici la date de la diffusion du premier épisode

Déchéances - Saison2: voici la date de la diffusion du premier épisode

Thierno Bocoum : «les délais pour la tenue d'une élection ne se négocient pas»

Thierno Bocoum : «les délais pour la tenue d'une élection ne se négocient pas»

Sexy et sensuelle, Aicha Koné expose sa nouvelle poitrine dans des clichés torrides

Sexy et sensuelle, Aicha Koné expose sa nouvelle poitrine dans des clichés torrides

Adolescence: le cyber harcèlement et ses conséquences sur les ados

Adolescence: le cyber harcèlement et ses conséquences sur les ados

Les vergetures après l’accouchement : quelle solution pour les faire disparaître

Les vergetures après l’accouchement : quelle solution pour les faire disparaître

AIBD : les chiffres du trafic aérien

AIBD : les chiffres du trafic aérien

ADVERTISEMENT