Les commerçants et industriels disent "niet" à la baisse des prix

L’Unacois-Jappo refuse d’appliquer l’arrêté portant baisse des prix du riz, de l’huile et du sucre, au risque de vendre à perte.

Flambée des prix des denrées alimentaires

.

Une semaine après l’arrêté du ministre du Commerce et des Petites et moyennes entreprises, fixant les nouveaux prix pour le riz, l’huile et le sucre, l’ Union Nationale des Commerçants et Industriels du Sénégal (Unacois-Jappo) est sortie de sa réserve. À travers une conférence de presse organisée hier, après consultations avec les commerçants et les importateurs, la structure a rejeté la mesure.

Pour les acteurs économiques, s’aligner à ces nouveaux prix, provoquerait la faillite de plusieurs entreprises. "Il est impossible d’acheter la tonne auprès de l’importateur à 262 000 FCfa et de la revendre à 264 500 FCfa. Sans prendre en compte les frais de transport de 8000 FCfa. Appliquer l’arrêté, c’est vendre à perte. Donc c’est inapplicable en l’état. Dans ces conditions, les commerçants refuseront de s’approvisionner. Ce qui provoquera une pénurie", a expliqué le directeur exécutif de l’Unacois-Jappo, Ousmane Sy Ndiaye. A l’en croire, ils ne sont pas dans une logique de dire qu’ils vont aller en guerre contre l’État.

"On va en guerre contre personne, poursuit-il. Il s’agit de dire les choses de la manière la plus transparente. L’État est un partenaire. C’est difficile partout dans le monde. Il ne faut pas qu’on pense notre pays va épargner de cette conjoncture. Tant que la guerre en Ukraine persistera, la situation sera de plus en plus difficile." Le prix du baril de pétrole aujourd’hui a franchi la barre des 120$.

Pour son camarade Moustapha Lô, il est également impossible de vendre le sucre cristallisé à 600 FCfa, le kilogramme. "Les commerçants sont lésés car le coût du transport et la manutention ne sont pas pris en compte dans la fixation des prix. Si nous nous alignons aux prix de l’arrêté, nous vendrons à perte", a souligné M. Lô.

ADVERTISEMENT

S’agissant de l’huile, l’Unacois Jappo souligne que son coût est déterminé par le cours mondial. "Il est impossible de vendre l’huile à 20 000 Fcfa, alors que nous l’achetons à 22 000 Fcfa sans Tva. La situation est aggravée par les facteurs exogènes. Et tant que la crise perdure, la situation sera davantage compliquée", a expliqué Moustapha Lô.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Violences conjugales : le quotidien traumatisant des victimes (reportage)

Violences conjugales : le quotidien traumatisant des victimes (reportage)

Burkina Faso : « 170 personnes exécutées » dans des attaques de villages !

Burkina Faso : « 170 personnes exécutées » dans des attaques de villages !

Médina Yoro Foula : un enfant de deux ans périt dans un incendie, les récoltes consumées

Médina Yoro Foula : un enfant de deux ans périt dans un incendie, les récoltes consumées

Clédor Sène dément Farba Ngom

Clédor Sène dément Farba Ngom

Représentativité syndicale : Samba Sy refuse d’exécuter la décision de la Cour suprême

Représentativité syndicale : Samba Sy refuse d’exécuter la décision de la Cour suprême

Présidentielle après le 2 avril : l'UE met en garde Macky Sall

Présidentielle après le 2 avril : l'UE met en garde Macky Sall

La raison surprenante qui nous oblige à faire pipi toutes les nuits

La raison surprenante qui nous oblige à faire pipi toutes les nuits

Trafic aérien : les chiffres de l'OACI

Trafic aérien : les chiffres de l'OACI

Genre : vers la création d’un Conseil national des femmes !

Genre : vers la création d’un Conseil national des femmes !

ADVERTISEMENT