Les commerçants et industriels disent "niet" à la baisse des prix

L’Unacois-Jappo refuse d’appliquer l’arrêté portant baisse des prix du riz, de l’huile et du sucre, au risque de vendre à perte.

Flambée des prix des denrées alimentaires

.

Une semaine après l’arrêté du ministre du Commerce et des Petites et moyennes entreprises, fixant les nouveaux prix pour le riz, l’huile et le sucre, l’ Union Nationale des Commerçants et Industriels du Sénégal (Unacois-Jappo) est sortie de sa réserve. À travers une conférence de presse organisée hier, après consultations avec les commerçants et les importateurs, la structure a rejeté la mesure.

Pour les acteurs économiques, s’aligner à ces nouveaux prix, provoquerait la faillite de plusieurs entreprises. "Il est impossible d’acheter la tonne auprès de l’importateur à 262 000 FCfa et de la revendre à 264 500 FCfa. Sans prendre en compte les frais de transport de 8000 FCfa. Appliquer l’arrêté, c’est vendre à perte. Donc c’est inapplicable en l’état. Dans ces conditions, les commerçants refuseront de s’approvisionner. Ce qui provoquera une pénurie", a expliqué le directeur exécutif de l’Unacois-Jappo, Ousmane Sy Ndiaye. A l’en croire, ils ne sont pas dans une logique de dire qu’ils vont aller en guerre contre l’État.

"On va en guerre contre personne, poursuit-il. Il s’agit de dire les choses de la manière la plus transparente. L’État est un partenaire. C’est difficile partout dans le monde. Il ne faut pas qu’on pense notre pays va épargner de cette conjoncture. Tant que la guerre en Ukraine persistera, la situation sera de plus en plus difficile." Le prix du baril de pétrole aujourd’hui a franchi la barre des 120$.

Pour son camarade Moustapha Lô, il est également impossible de vendre le sucre cristallisé à 600 FCfa, le kilogramme. "Les commerçants sont lésés car le coût du transport et la manutention ne sont pas pris en compte dans la fixation des prix. Si nous nous alignons aux prix de l’arrêté, nous vendrons à perte", a souligné M. Lô.

S’agissant de l’huile, l’Unacois Jappo souligne que son coût est déterminé par le cours mondial. "Il est impossible de vendre l’huile à 20 000 Fcfa, alors que nous l’achetons à 22 000 Fcfa sans Tva. La situation est aggravée par les facteurs exogènes. Et tant que la crise perdure, la situation sera davantage compliquée", a expliqué Moustapha Lô.

Recevez nos Top Stories dans votre boîte de réception

Bienvenue dans la communauté Pulse! Nous vous enverrons sur une base quotidienne les dernières nouvelles sur l'actualité le divertissement et plus encore. Ne ratez rien! Rejoignez-nous sur toutes nos autres chaînes - Restons connectés!

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Mondial 2022 : la Pologne bat l’Arabie Saoudite [2-0], Lewandowski se libère

Mondial 2022 : la Pologne bat l’Arabie Saoudite [2-0], Lewandowski se libère

Qatar 2022 : les Bleus visent les 8es, Messi au pied du mur !

Qatar 2022 : les Bleus visent les 8es, Messi au pied du mur !

Sénégal vs Equateur : même blessé, Enner Valencia veut jouer

Sénégal vs Equateur : même blessé, Enner Valencia veut jouer

Amdy Mignon victime d'arnaque

Amdy "Mignon" victime d'arnaque

Sénégal : 1160 agents fictifs ont perçu indûment 5 milliards FCFA

Sénégal : 1160 agents fictifs ont perçu indûment 5 milliards FCFA

Niveau d'industrialisation : le Sénégal progresse de cinq places

Niveau d'industrialisation : le Sénégal progresse de cinq places

Faux passeports diplomatiques : un an ferme pour les gendarmes

Faux passeports diplomatiques : un an ferme pour les gendarmes

Sanctions contre le Mali, la Guinée et le Burkina : la Cedeao rétropédale

Sanctions contre le Mali, la Guinée et le Burkina : la Cedeao rétropédale

Tanière : Iliman Ndiaye réussit son baptême de feu

Tanière : Iliman Ndiaye réussit son baptême de feu