Promotion du 7ème art : le Rescap en faveur d'une structuration du cinéma

Le président du Réseau des entreprises sénégalaises de production audiovisuelle et cinématographique (Respac), Oumar Sall, a souligné, mardi, l’urgence de la structuration du cinéma sénégalais pour aider à son développement.

Les Series sénégalaises en diaporama

«Aujourd’hui, nous avons des urgences méconnues par la gouvernance actuelle de la cinématographie et de l’audiovisuel, et qui touchent la structuration du secteur. Les gens ne comprennent pas les priorités des acteurs», a-t-il dit lors d’une rencontre de partage avec des partenaires financiers.

Selon lui, ce réseau des entreprises sénégalaises de production audiovisuelle et cinématographique dont la mission est de porter la défense de ses membres et de leurs sociétés, travaille pour avoir un environnement sain, afin de maîtriser le cadre macroéconomique et avoir une industrie cinématographique et audiovisuelle, et un écosystème favorable.

«Le Respac, c’est la défense de nos entreprises, de la création, de l’emploi. Nous avons un outil, le Fonds de promotion de l’industrie cinématographique et audiovisuelle (Fopica), et nous ne remercierons jamais assez le chef de l’Etat pour l’avoir alimenté, mais il y a un gros problème de rationalisation, de structuration et de pérennisation de ce fonds», a fait savoir Oumar Sall, par ailleurs Directeur général de Cinékap , une maison de production qui a remporté deux Etalons d’or de Yennenga, en 2013 et en 2017, avec les films Tey (2012) et Félicité (2017) du réalisateur Alain Gomis.

«Le cinéma sénégalais est en otage depuis un an. (…) on laisse les problèmes de structuration pour en faire un cinéma événementiel», a-t-il déploré. Il a dénombré de nombreux chantiers sur lesquels il est urgent de travailler aujourd’hui, à savoir la mise en place de financements innovants, d’un fonds de garantie ou d’une agence de crédit d’impôt. «Il faut qu’on accompagne le capital humain pour permettre une formation et une professionnalisation du secteur», a-t-il plaidé.

ADVERTISEMENT

«Nous réfléchissons sur les démarches à adopter pour rendre nos voix audibles avec les Gafam (l’acronyme des géants du web), afin qu’ils participent au financement du cinéma. Le respect des quotas pour les films nationaux dans les salles de cinéma implantées ici, le problème de la distribution, de l’exploitation des films et l’employabilité sont également des urgences, car le cinéma est un métier digne», a dit le président du Respac, qui annonce pour bientôt l’organisation des assisses des industries cinématographiques et audiovisuelles.

Les producteurs Mokhtar Ndiouga Ba, Magui Awadi, Djibril Dramé et le distributeur Ousseynou Thiam, membres de ce réseau, ont abondé dans le même sens «pour la survie» de l’entreprise cinématographique.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Transports terrestres : El Malick Ndiaye corse les amendes forfaitaires

Transports terrestres : El Malick Ndiaye corse les amendes forfaitaires

Nouveau clip de Mia Guissé : Gauche & Droite, En haut en bas cartonne et crée la polémique

Nouveau clip de Mia Guissé : "Gauche & Droite", "En haut en bas" cartonne et crée la polémique

Kabrousse : un homme se pend après une dispute avec son épouse

Kabrousse : un homme se pend après une dispute avec son épouse

Tchad : le président Mahamat Deby promet d'impulser le changement

Tchad : le président Mahamat Deby promet d'impulser le changement

Aliou Cissé publie sa liste et zappe Cheikhou Kouyaté

Aliou Cissé publie sa liste et zappe Cheikhou Kouyaté

Les chiffres des conflits du travail au Sénégal

Les chiffres des conflits du travail au Sénégal

Culture : 10 reines légendaires d'Afrique qui ont marqué l'histoire

Culture : 10 reines légendaires d'Afrique qui ont marqué l'histoire

Pour soigner son asthme, il fume du chanvre indien et finit en prison !

Pour soigner son asthme, il fume du chanvre indien et finit en prison !

Escroquerie : une commerçante emprunte de l’argent au nom de 24 personnes à leur insu

Escroquerie : une commerçante emprunte de l’argent au nom de 24 personnes à leur insu

ADVERTISEMENT