Quatre pistes pour développer l'inclusion financière en Afrique

L'Afrique subsaharienne est en train de vivre une révolution bancaire. Avec la croissance économique et la demande croissante de services financiers, de nouvelles technologies et de nouveaux produits, la banque connaît une transformation radicale. Bien que les avancées constatées en Afrique subsaharienne soient significatives, d'autres opportunités s’offrent encore à la région pour stimuler l'inclusion financière. En voici quatre pistes :

Crédit photo : Arete/Mamadou Diop/World Bank

Selon le Financial Health Network, la santé financière est un indicateur permettant d’évaluer si les modalités de dépense, d’épargne, d’emprunt et de planification financière des ménages sont de nature à leur permettre de résister aux chocs et de saisir les opportunités – un critère clé de la qualité des services financiers. La base de données Findex 2021 montre que l'Afrique subsaharienne est l'avant-dernière région au monde, après l'Asie du Sud, dans laquelle un individu peut accéder à des fonds, facilement ou sans grande difficulté, dans un délai de 30 jours en cas d'urgence. Selon les mêmes données, l'accès aux moyens financiers d'urgence est plus difficile pour les femmes que pour les hommes. Environ un tiers des adultes d'Afrique subsaharienne comptent sur la famille et les amis pour obtenir de l’argent en cas d'urgence, mais pour plus de la moitié d'entre eux, il est très difficile d’y parvenir. En outre, l'inquiétude concernant le paiement des frais de scolarité est beaucoup plus fréquente en Afrique subsaharienne, tout comme la préoccupation relative aux frais médicaux : c’est en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud qu’elle est la plus forte.

Les préoccupations au sujet du paiement des frais de scolarité et des dépenses médicales présentent une opportunité pour les prestataires de services financiers (PSF) : elles leur donnent l’occasion de développer des services financiers innovants propres à favoriser l'accès aux soins de santé, à l'éducation et à d'autres services essentiels. En outre, étant donné qu'un adulte sur trois en Afrique subsaharienne n’est pas en mesure d’utiliser son compte sans aide, et que les femmes sont plus susceptibles que les hommes d'avoir besoin d’une assistance, les acteurs du secteur financier pourraient également développer des programmes dédiés pour promouvoir l’éducation financière et numérique, en particulier chez les femmes. Soutenus par des programmes efficaces d'éducation financière et numérique, environ huit millions d'adultes non bancarisés en Afrique subsaharienne recevant des prestations gouvernementales en espèces pourraient accéder à des services financiers formels et améliorer leur bien-être.

À l'échelle mondiale, l'écart de genre en matière de possession de compte s'est réduit au cours des dix dernières années. Mais en Afrique subsaharienne, cet écart est passé de 5 % en 2011 à 12 % en 2021, soit le triple de la moyenne mondiale et le double de celle des autres régions en développement. Si les femmes possèdent plus de comptes financiers que les hommes en Afrique du Sud, les données Findex 2021 montrent que l'écart entre les sexes dans des pays comme la Côte d'Ivoire et le Nigeria est à l’inverse très marqué – 27 % et 20 % respectivement.

ADVERTISEMENT

Entre 2017 et 2021, la croissance du taux de possession et d'utilisation de comptes d'argent mobile en Afrique subsaharienne était plus forte chez les femmes que chez les hommes. Mais le pourcentage de femmes ayant utilisé l’argent mobile pour épargner, payer leurs achats chez les commerçants et régler leurs factures de services publics était inférieur à celui des hommes. Par exemple, en 2021, seuls 11 % des femmes avaient payé leurs services publics par argent mobile, contre 37 % des hommes.

Un ensemble combiné d'initiatives peut contribuer à intégrer davantage de femmes dans le secteur financier formel en Afrique subsaharienne. Pour commencer, les acteurs de l'inclusion financière doivent chercher à comprendre ce qui pousse les femmes à utiliser les services informels, s'attaquer aux normes de genre et réduire les risques liés à la consommation de services financiers numériques, qui peuvent miner la confiance des femmes dans les services financiers formels.

Environ un tiers des adultes non bancarisés en Afrique subsaharienne ne possèdent pas les documents nécessaires pour ouvrir un compte financier. Ce pourcentage est plus élevé encore au Liberia, à Maurice, au Mozambique, au Soudan du Sud et en Tanzanie, où plus de 40 % d'entre eux n'ont pas les documents requis. Par le développement de systèmes collaboratifs de vérification de l'identité des clients, les acteurs de l'inclusion financière en Afrique subsaharienne disposent d’un moyen de démocratiser l'inclusion financière et l'accès aux services essentiels.

Les acteurs du secteur financier peuvent également tirer parti des gros volumes de données générés par l'économie numérique et développer des mécanismes efficaces pour partager ces données et créer des mécanismes pour offrir un meilleur accès et une meilleure utilisation des services financiers, et à soutenir la résilience des personnes à faibles revenus. Toutefois, compte tenu de la multiplication des incidents liés à l'utilisation abusive des données, il est essentiel de veiller à la mise en place de cadres réglementaires et d'approches de protection des données adéquats, car les utilisateurs de services financiers accordent une grande importance à la confidentialité des données.

Les progrès de l'inclusion financière en Afrique subsaharienne offrent d'excellentes opportunités pour stimuler la croissance économique dans la région, car l'inclusion financière est un catalyseur du développement durable. Mais pour maintenir la dynamique de progression de l'inclusion financière, il faut que les acteurs du secteur financier déploient des efforts concertés non seulement pour promouvoir l'accès et l'utilisation, mais aussi pour améliorer la qualité des services financiers, tout en veillant à ce que la protection des consommateurs de services financiers soit au cœur de ces efforts.

Avec Findev

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Le peuple Suri : 6 choses intéressantes que vous ne saviez pas sur cette tribu (Découverte)

Le peuple Suri : 6 choses intéressantes que vous ne saviez pas sur cette tribu (Découverte)

Ndiassane se dote d'un centre de santé

Ndiassane se dote d'un centre de santé

Les Kenyans rendent un dernier hommage à Kelvin Kiptum au stade d'Iten

Les Kenyans rendent un dernier hommage à Kelvin Kiptum au stade d'Iten

Ligue Europa : le tirage complet des huitièmes de finale

Ligue Europa : le tirage complet des huitièmes de finale

Suspension de Krépin Diatta : la FSF saisit la FIFA

Suspension de Krépin Diatta : la FSF saisit la FIFA

Emprisonnement de Ngagne Demba Touré: Juan Branco charge les greffiers

Emprisonnement de Ngagne Demba Touré: Juan Branco charge les greffiers

Yakubu Gowon appelle à lever les sanctions pour sauver la CEDEAO

Yakubu Gowon appelle à lever les sanctions pour sauver la CEDEAO

Cambriolage spectaculaire à Rufisque : la police neutralise 3 bandits lourdement armés

Cambriolage spectaculaire à Rufisque : la police neutralise 3 bandits lourdement armés

Vaste opération de la Police : 514 personnes interpellées en une nuit !

Vaste opération de la Police : 514 personnes interpellées en une nuit !

ADVERTISEMENT