'Rebelles': la nouvelle série de Marodi censurée

La Direction de la cinématographie a bloqué la diffusion de la nouvelle série de Marodi Tv. Cet organe a exigé le retrait de la bande annonce et l'arrêt des tournages de la série "Rebelle".

Rebelle

Un coup dur pour MarodiTv. Cette maison de production sénégalaise après le succès de la série "Impact" avait décidé de lancer une nouvelle série intitulée "Rebelles". Une production qui semble effleurer le conflit casamançais.

Mais le 8 septembre, la Direction de la cinématographie a envoyé à Marodi, une mise en demeure lui intimant l'ordre de retirer la bande annonce de cette série déjà mis en ligne et d'arrêter le tournage.

La Dic, les pertes financière, la réaction de Mass Ndour

ADVERTISEMENT

Dans un interview accordé au journal l'OBS et repris par Seneweb, le directeur général de Marodi se prononce sur la mise en demeure de cet organe du ministère de la Culture.

Mass Ndour révèle que la Direction de la cinématographie a menacé de lui envoyer la Division des investigations criminelles ( DIC) s'il ne se plie pas à leur exigences. Pourtant le 16 mars dernier, Marodi avait adressé une demande d’autorisation à la direction de la cinématographie. Mais la demande a été rejetée quatre mois plus tard.

Marodi n'a pas tenu compte de ce rejet, puisqu'ils ont lancé le tournage et diffusé la bande annonce de la série.

Une grosse déception pour le public qui entendait impatiemment le premier épisode de "Rebelle" après que la bande annonce leur ait mis l'eau à la bouche.

Cette décision de la Direction de la Cinématographie ne sera pas sans conséquence. Dans un communiqué Marodi évoque en effet d’importantes pertes financières liées à la décision de l’autorité de tutelle.

Pourquoi "Rebelle" dérange

"Rebelle" est une série qui touche le conflit casamançaise. Déjà dans la bande annonce, Marodi met en avant un gouvernement qui fait face à de jeunes rebelles qui combattent pour l'indépendance de la Casamançaise.

«A la faveur d’un remaniement ministériel, présente un communiqué de Marodi, Moïse Adjodjena Badji est promu au poste très convoité de chef de cabinet du président de la République. Ce jeune dandy, insouciant et qui croque la vie à pleines dents, va vite se faire des ennemis et se retrouver ainsi au cœur d’un complot au plus haut sommet de l’Etat, dont le but est de créer l’instabilité en Casamance afin de servir des intérêts privés.».

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Barth' et Bougane veulent voir Sonko mourir en prison

"Barth' et Bougane veulent voir Sonko mourir en prison"

Représentativité syndicale : Samba Sy refuse d’exécuter la décision de la Cour suprême

Représentativité syndicale : Samba Sy refuse d’exécuter la décision de la Cour suprême

Présidentielle après le 2 avril : l'UE met en garde Macky Sall

Présidentielle après le 2 avril : l'UE met en garde Macky Sall

La raison surprenante qui nous oblige à faire pipi toutes les nuits

La raison surprenante qui nous oblige à faire pipi toutes les nuits

Trafic aérien : les chiffres de l'OACI

Trafic aérien : les chiffres de l'OACI

Genre : vers la création d’un Conseil national des femmes !

Genre : vers la création d’un Conseil national des femmes !

Agression de Maimouna Ndour Faye : ce que dit l'enquête

Agression de Maimouna Ndour Faye : ce que dit l'enquête

Pourquoi l’amnistie ne concerne pas l'affaire Adji Sarr-Ousmane Sonko

Pourquoi l’amnistie ne concerne pas l'affaire Adji Sarr-Ousmane Sonko

Affaire Ngagne D. Touré : le parquet ordonne l'arrestation de 3 greffiers

Affaire Ngagne D. Touré : le parquet ordonne l'arrestation de 3 greffiers

ADVERTISEMENT