L'entretien express - Banel Camara alias "Binette" de la série Dérapages

« J’étais contrainte d’arrêter les études et de trouver du travail »

ITV-Banel-Camara

Elle crève l’écran ! Par la qualité de son jeu mais aussi par la sympathie et la bonne humeur qu’elle dégage naturellement. Vous l’aurez compris, Banel Camara a la joie de vivre et ne peut pas le cacher. Pourtant, celle qui tient le rôle de “Binette” dans la série télévisée “Dérapages” produite par Buzz Studios a été fortement marquée par les expériences de la vie. Elle a dû se faire souffrance avant de connaître le succès. Entretien express !

Qui est Banel Camara ?

Je suis une femme sénégalaise, sans donner mon âge (rires). Je suis actrice, modèle et aussi présentatrice. Je suis une femme ambitieuse, fun, folle (rires). Bref, je conclus en disant que je suis une personne qui sait être elle-même.

Parlez-nous de vos études ?

J’ai arrêté en classe de troisième pour ensuite suivre une formation dans une université de la place. Je ne pouvais plus continuer à cause des soucis familiaux. J’étais contrainte d’arrêter les études et de trouver du travail car j’étais aussi l’aînée de la famille. Avec les aléas de la vie, il était difficile de travailler pour financer mes études. C’est d’ailleurs là que j’ai commencé à faire des shootings en tant que modèle.

Comment êtes-vous arrivée sur le petit écran ?

Du shooting, on m’a proposé de présenter une émission. Les invitations à le faire étaient persistantes quand même je dois dire. Il faut quand même préciser que j’avais fait une petite formation dans le tas en qualité d’animatrice à la DTV. Et c’est parti de là, j’ai fait aussi de la radio bien avant.

Vous n’avez jamais voulu embrasser une carrière dans la musique comme votre père ?Mon père a joué comme batteur pour Youssou Ndour. J’étais destinée à l’être car j’étais passionnée. Il ne manquait pas de m’initier là-dessus. Je le suivais dans ses tournées, les coulisses, je le suivais partout. On me disait que j’étais la relève et tout. Par concours de circonstance et avec les aléas de la vie, je suis arrivée sur scène pour une pièce de théâtre et de là est venu un coup de foudre comme jamais.

Vous êtes de nature très joviale à l’écran. Est-ce votre nature ?

Oui je le suis. C’est ma nature. Comme je l’ai dit, je ne me prends pas la tête.

Quel est votre plus gros défaut ?

Je suis très nerveuse surtout quand je ne suis pas prise au sérieux.

Votre plus grande qualité ?

C’est sûrement la générosité. Je n’aime pas voir les gens en manque de quelque chose que je peux leur offrir. Que ce soit un sourire, un discours de motivation, etc.

Quel est votre avis sur les conditions de traitement des acteurs dans les séries au Sénégal ?

Honnêtement je ne me sens pas concernée. A ma connaissance, tous les acteurs que je connais ont un deuxième métier à côté. Il y a tout le temps des problèmes partout relatifs au sponsor, etc. Je pense que tous les acteurs méritent de vraiment vivre de leur art. Malgré toutes les difficultés relatives à la vie quotidienne ainsi qu’aux sacrifices consentis dans le travail ainsi que les contraintes, oui je pense qu’ils méritent tous un meilleur traitement.

Envisagez-vous de vous consacrer exclusivement au cinéma ?

Oui. Au-delà même du Sénégal, je me vois y faire carrière même à l’international.

REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ PULSE!

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn