Tu parles pendant que tu dors ? Voici pourquoi

Le phénomène de la somniloquie, également désigné sous le vocable de « parler en dormant », manifeste une parasomnie qui se déploie au cours du sommeil. Les causes sous-jacentes de ce comportement intrigant demeurent partiellement énigmatiques, bien que plusieurs éléments convergents puissent être identifiés.

Le phénomène de la somniloquie, également désigné sous le vocable de « parler en dormant », manifeste une parasomnie qui se déploie au cours du sommeil.

Tout d'abord, la somniloquie semble découler en partie d'une activité cérébrale résiduelle pendant les périodes de sommeil. Le cerveau, bien qu'opérant dans un état distinct de la veille, ne s'engagerait pas pleinement dans une déconnexion des mécanismes de communication et d'expression verbale. Par conséquent, cette persistance de l'activité cérébrale durant le sommeil pourrait engendrer des discours décousus et spontanés.

D'autre part, les émotions intenses, telles que le stress, l'anxiété, ou des préoccupations persistantes, semblent également influencer le phénomène de somniloquie. Les individus peuvent s'exprimer verbalement pendant leur sommeil en réponse à des situations stressantes ou à des rêves perturbants, insinuant ainsi un lien entre le contexte émotionnel et cette parasomnie.

En outre, la fatigue excessive apparaît comme un facteur prédisposant significatif, augmentant substantiellement la probabilité de survenue de la somniloquie. Lorsque le corps se trouve dans un état d'épuisement avancé, il devient ardu de maintenir une séparation nette entre l'état de sommeil et celui de veille, ce qui favorise l'expression verbale involontaire durant le repos nocturne.

Par ailleurs, des preuves scientifiques suggèrent un composant génétique dans la somniloquie, laissant entendre qu'elle peut être transmise au sein de certaines lignées familiales, ce qui expliquerait son incidence accrue chez les individus ayant des antécédents familiaux de cette parasomnie.

De surcroît, les perturbations du sommeil, telles que l'apnée du sommeil, augmentent sensiblement le risque de somniloquie. Les interruptions fréquentes du sommeil viennent perturber les cycles de sommeil et, par conséquent, amplifient la propension à la somniloquie.

ADVERTISEMENT

Enfin, la consommation de certains médicaments, ainsi que l'ingestion d'alcool ou de substances illicites, peut avoir une incidence sur le comportement pendant le sommeil, y compris la prédisposition à parler en dormant.

Bien que la somniloquie soit généralement bénigne, en cas de fréquence excessive ou de perturbation notable du sommeil personnel ou de celui du partenaire, il peut s'avérer opportun de consulter un professionnel de la santé ou un spécialiste du sommeil. Des méthodes de gestion du stress, des ajustements du mode de vie, voire, dans des cas d'exception, des interventions médicales, pourraient être préconisés pour atténuer ce phénomène nocturne troublant.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT