« Je réaffirme que dans l’exécution de cette mission qui m’a été confiée par le chef de l’Etat, mes oreilles et mon cœur seront toujours ouverts à la vérité et aux idées novatrices et constructives pour le développement socio-économique de notre très cher Sénégal », s’est exprimé le nouveau patron du Cese à l’entame de la cérémonie de prise de fonctions.

Poursuivant sa communication, Idy précise avoir reçu des directives du chef de l'Etat pour entamer en urgence des réflexions sur la problématique de l'emploi des jeunes, le phénomène de l'émigration clandestine, les inondations et la gestion des ressources naturelles du pays.

Celui qui s'est retrouvé sous une avalanche de critiques après son ralliement à la mouvance présidentielle, a adressé un message à l’endroit de ses détracteurs.

« A nos compatriotes qui s’interrogent légitimement sur le fondement de ma décision de répondre à l’appel du président Macky Sall, je leur dis ceci: face à certaines circonstances historiques, il faut dépasser l’attitude vaine du spectateur stérile. Il faut dépasser l’attitude de la résignation et de l’exigence sans cause. Lorsque la nation a besoin de ses fils, ces derniers, à l’image du soldat et du policier prêt à risquer leur vie, doivent répondre à cet appel. Il faut agir au bénéfice exclusif de cette nation », a lancé le leader du parti Rewmi.

Ndamal Cadior renoue de complicité avec le Macky

Celui que l’on surnomme ironiquement « Ndamal Cadior » avait, lors d’une récente sortie, déclaré avoir retrouvé sa complicité avec le chef de l’Etat. À cela, Idy ajoute : « la compétition électorale de 2019 est derrière nous. Le contentieux qui en est issu a été éteint par l’ouverture du dialogue national et le résultat remarquable qu’il a produit (…) Man ak mom kom Mbourok Sow », a clamé la quatrième personnalité de la république.

Concernant les intentions qui lui sont prêtées à propos d’une mission d’audit qu’il aurait commanditée sur la gestion de son prédécesseur et présidente déchue du Cese, Mimi Touré, Idrissa Seck se veut limpide. Il soutient n’avoir jamais eu l’intention de fouiller la gestion de Mimi Touré. « Je n’ai même pas ce temps. Mais dans la logique des choses, et dans le souci de bien accomplir la mission qui m’a été assignée par le chef de l’Etat, il était impératif de faire un état des lieux sur la situation de l’institution avant ma prise de fonction. Voilà ce qui explique la mission de vérification », a conclu Idrissa Seck.