Belgique : des opposants à un cours d'éducation sexuelle incendient des écoles

Des écoles en Belgique francophone ont été prises pour cibles par des opposants à un cours d'éducation sexuelle.

Incendie / Illustration

Une série d'incendies criminels a visé quatre écoles maternelles et primaires dans la ville de Charleroi. Les auteurs de ces incidents sont des individus manifestement opposés à un cours d'éducation sexuelle récemment adopté par décret.

Les attaques ont eu lieu dans la nuit, et les enquêteurs ont rapidement découvert des inscriptions hostiles, notamment « No Evras » (Education la vie relationnelle, affective et sexuelle), dans les écoles prises pour cibles. Les écoles visées étaient toutes des établissements de niveau maternel et primaire.

Mercredi, la justice belge a ouvert une enquête pour « incendies criminels ». Vincent Fiasse, procureur de Charleroi, a confirmé ces actes de vandalisme et dirige l'enquête.

Le programme d'éducation sexuelle, qui est devenu officiellement obligatoire à la rentrée scolaire, a déclenché une controverse majeure en Belgique francophone. Sur les réseaux sociaux, des critiques virulentes ont émergé, et des appels à manifester ont été lancés, principalement par des groupes ultra-conservateurs, incluant des associations islamiques et Civitas, un mouvement catholique.

De son côté, Caroline Désir, la ministre francophone de l’Éducation, a dénoncé « une campagne de désinformation » visant à « attiser la suspicion » et « faire peur aux parents ».

ADVERTISEMENT

« On ne va évidemment pas encourager une hyper-sexualisation chez les jeunes ni susciter une orientation sexuelle ou une identité de genre. J’ai lu qu’on allait apprendre aux enfants à se masturber, c’est complètement inadmissible de faire peur aux parents sur ce sujet », a déclaré Mme Désir à RTBF.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT