France : Pap Ndiaye, comme prévu… [Opinion du Contributeur]

La France a une curieuse conception de « l’ouverture ». Une conséquence de cette logique bien française qui voudrait que l’universalisme même soit français, pour reprendre Léopold Sédar Senghor.

Pap Ndiaye

Ceux qui n’ont pas épargné Christiane Taubira l’élue guyanaise ou Rama Yade, Rachida Dati ne vont pas rater Pap Ndiaye, écrivions-nous lors de la nomination du ministre français de l’Education aujourd’hui limogé. Ceux-là qu’on appelle les Afro-descendants seraient donc des Français « entièrement à part », des « anomalies ». Éric Zemmour candidat malheureux de « Reconquête », avait prédit que l’historien va « déconstruire l’Histoire de France ». Pire, une partie de la droite à l’image du député Les Républicains (LR) Éric Ciotti avait, qualifié Ndiaye « l’islamogauchiste et militant anti-flics ! Terrifiant ! ». Il a essayé de faire face à des attaques les plus enfouies. Il a été vaincu. Il n’a pas réussi.

Pourtant, le Français Pap Ndiaye pourrait bien apporter une touche personnelle, rigoureuse et clairvoyante lui l’historien passé de la banlieue parisienne à l’École normale supérieure et à l’École des hautes études en sciences sociales. Il a échoué. Docteur en sciences sociales, il maîtrise parfaitement les enjeux. Il sait sans doute que, vu d’Afrique, ce qu’on pense de lui. Nous pouvons être fiers de son « sacre » et de son parcours tout en étant conscients qu'il ne pense ni à nous ni à notre affection. Il était là-bas pour sa patrie et pour lui.

Aujourd’hui qu’il est chassé, il est maintenant plus que jamais conscient qu’il sera toujours considéré comme un demi-Français par une frange importante d’une société ancrée dans ses contradictions.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT