Le président iranien, Ebrahim Raïssi, est finalement décédé

Le président iranien, Ebrahim Raïssi, est finalement mort dans un accident d'hélicoptère

Toujours coiffé de son turban noir et vêtu d'un long manteau de religieux, Ebrahim Raïssi (ci-dessus en août 2021, deux mois après son élection) avait succédé au modéré Hassan Rohani

La nouvelle a d'abord été donnée par les médias iraniens : « Le grand esprit du président populaire et révolutionnaire d'Iran a rejoint le royaume suprême », a indiqué lundi matin l'agence officielle Irna, évoquant l'accident d'hélicoptère dans lequel se trouvaient le président iranien, Ebrahim Raïssi, ainsi que le ministre des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian. « Le président du peuple iranien, travailleur et infatigable, […] a sacrifié sa vie pour la nation », a confirmé ensuite le gouvernement dans un communiqué.

L'hélicoptère avait disparu dimanche en début d'après-midi alors qu'il survolait une région escarpée et boisée dans des conditions météorologiques difficiles avec de la pluie et un épais brouillard. La perspective de découvrir vivants le président et les huit autres passagers avait progressivement diminué durant la nuit.

L'épave a finalement été découverte à l'aube et les secours ont rapidement indiqué qu'il n'y avait « aucun signe montrant que les passagers de l'hélicoptère » étaient en vie. En début de matinée lundi, le Croissant Rouge a indiqué que les dépouilles du président iranien et des huit autres passagers de l'hélicoptère avaient été récupérées.

ADVERTISEMENT

Agé de de 63 ans et considéré comme un ultraconservateur, Ebrahim Raïssi avait été élu le 18 juin 2021 dès le premier tour, dans un scrutin marqué par une abstention record pour une présidentielle et l'absence de concurrents de poids.

Les réactions se sont multipliées dès l'annonce du décès : Narendra Modi, le premier ministre indien, s'est dit « profondément attristé et choqué par la disparition tragique » du président Raïssi, tandis que Charles Michel, le président du Conseil européen, a exprimé les « sincères condoléances » de l'UE. Le président russe, Vladimir Poutine, a salué un « politicien remarquable », « véritable ami » de la Russie, tandis que Xi Jinping a évoqué une « grande perte pour le peuple iranien ».

L'annonce de sa disparition ouvre une période d'incertitude politique en Iran. La Constitution prévoit que, en cas de décès, le président est remplacé par le premier vice-président, Mohammad Mokhber, en attendant la tenue d'une élection présidentielle dans les 50 jours.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Séquestration de Paul Pogba : le parquet demande un procès pour son frère Mathias

Séquestration de Paul Pogba : le parquet demande un procès pour son frère Mathias

Dépression du vagin :  une vulvodynie méconnue des femmes

Dépression du vagin : une vulvodynie méconnue des femmes

Touba : un employé d'une école, abuse d'une fille de 9 ans

Touba : un employé d'une école, abuse d'une fille de 9 ans

Marseille : Iliman Ndiaye reste, Ismaïla Sarr sur le départ

Marseille : Iliman Ndiaye reste, Ismaïla Sarr sur le départ

Medina : ils volent leur employeur pour aller au Nicaragua

Medina : ils volent leur employeur pour aller au Nicaragua

Véhicules de la présidence volés : des marabouts et des généraux...

Véhicules de la présidence "volés" : des marabouts et des généraux...

Kush : cette nouvelle drogue qui ravage l'Afrique de l'ouest

Kush : cette nouvelle drogue qui ravage l'Afrique de l'ouest

Vol en réunion : quatre malfaiteurs amputent les doigts de leur victime

Vol en réunion : quatre malfaiteurs amputent les doigts de leur victime

Tabaski : les populations invitées à ne pas jeter des déchets dans les caniveaux

Tabaski : les populations invitées à ne pas jeter des déchets dans les caniveaux

ADVERTISEMENT