Les 5 pires villes où vivre en Afrique (rapport)

L’Afrique est un continent d’une diversité remarquable, et ses villes en sont un témoignage. Chaque ville a son mélange unique de culture, d’histoire et d’opportunités. Cependant, dans certaines zones de ce paysage varié, la vie quotidienne est marquée par des défis liés à l’instabilité politique persistante, aux difficultés économiques et à la pénurie de services de base.

street in Africa

L’ Economist Intelligence Unit, dans son rapport « The Global Liveability Index 2023 », présente les 10 villes les plus agréables à vivre au monde et les 10 villes considérées comme les moins vivables.

Ce rapport évalue l’habitabilité des villes du monde entier sur la base d’une combinaison de cinq facteurs clés : la stabilité (niveaux de criminalité et de conflit), les soins de santé (disponibilité et qualité), les facteurs environnementaux/culturels (climat, restrictions religieuses, nourriture et boissons), l’éducation ( disponibilité et qualité) et les infrastructures (routes, transports publics, eau, logement, énergie et qualité des télécommunications).

Selon le rapport, des villes africaines comme Lagos (Nigéria) et Alger (Algérie) ont gagné du terrain, avec quelques améliorations dans leurs systèmes de santé et d’éducation.

Bien que la corruption reste un problème, des fonds publics supplémentaires ont été mis à disposition pour les infrastructures et les services publics, qui ont également bénéficié de la baisse des cas de COVID.

Cependant, parmi les dix villes les moins bien classées, la moitié d’entre elles sont situées en Afrique. Vous trouverez ci-dessous la cote de qualité de vie de ces villes africaines : :

ADVERTISEMENT

1. Tripoli, en Libye, est classée comme la ville la moins agréable à vivre d’Afrique.

  • Rang : 172
  • Note : 40,1
  • Stabilité : 30,0
  • Soins de santé : 45,8
  • Culture et environnement : 37,5
  • Éducation : 58,3
  • Infrastructures : 41,1

2. Alger, Algérie

  • Rang : 171
  • Note : 42,0
  • Stabilité : 35,0
  • Soins de santé : 50,0
  • Culture et environnement : 45,4
  • Éducation : 58,3
  • Infrastructures : 30,4

3. Lagos, Nigéria

  • Rang : 170
  • Note : 42,2
  • Stabilité : 25,0
  • Soins de santé : 37,5
  • Culture et environnement : 54,4
  • Éducation : 41,7
  • Infrastructures : 53,6

4. Harare, Zimbabwe

  • Rang : 166
  • Note : 43,8
  • Stabilité : 40,0
  • Soins de santé : 29,2
  • Culture et environnement : 56,7
  • Éducation : 66,7
  • Infrastructures : 35,7

5. Douala, Cameroun

  • Rang : 164
  • Note : 46,4
  • Stabilité : 60,0
  • Soins de santé : 29,2
  • Culture et environnement : 51,2
  • Éducation : 41,7
  • Infrastructures : 42,9
ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Violences conjugales : le quotidien traumatisant des victimes (reportage)

Violences conjugales : le quotidien traumatisant des victimes (reportage)

Burkina Faso : « 170 personnes exécutées » dans des attaques de villages !

Burkina Faso : « 170 personnes exécutées » dans des attaques de villages !

Médina Yoro Foula : un enfant de deux ans périt dans un incendie, les récoltes consumées

Médina Yoro Foula : un enfant de deux ans périt dans un incendie, les récoltes consumées

Clédor Sène dément Farba Ngom

Clédor Sène dément Farba Ngom

Représentativité syndicale : Samba Sy refuse d’exécuter la décision de la Cour suprême

Représentativité syndicale : Samba Sy refuse d’exécuter la décision de la Cour suprême

Présidentielle après le 2 avril : l'UE met en garde Macky Sall

Présidentielle après le 2 avril : l'UE met en garde Macky Sall

La raison surprenante qui nous oblige à faire pipi toutes les nuits

La raison surprenante qui nous oblige à faire pipi toutes les nuits

Trafic aérien : les chiffres de l'OACI

Trafic aérien : les chiffres de l'OACI

Genre : vers la création d’un Conseil national des femmes !

Genre : vers la création d’un Conseil national des femmes !

ADVERTISEMENT