Les détails de la libération des soldats sénégalais

Retranché en Gambie, le chef du MFDC, Salif Sadio, a fait libérer les 7 militaires sénégalais déployés par l'ECOMIG dont il avait fait prisonniers, après un affrontement mortel entre l'armée et les rebelles.

Sept soldats sénégalais libérés par des rebelles

.

C’est dans un endroit neutre, en milieu rural, près de la frontière avec le Sénégal qu’a eu lieu la remise des soldats sénégalais de l’Ecomig. Ce, en présence des représentants de la Cedeao, de l'armée gambienne et de l’organisation catholique italienne médiatrice, Sant'Egidio et des membres du CICR qui ont fait le déplacement à travers des pistes sinueuses en pleine forêt, pour assister à la libération des soldats retenus prisonniers par une branche du MFDC (Mouvement des forces démocratiques de Casamance).

Les sept militaires sont apparus en bonne santé, sains et saufs. Ils sont arrivés les mains libres, entourés de rebelles.

Salif Sadio était absent

Grands absents de cette cérémonie très sobre : Salif Sadio, le chef du MFDC, mais aussi les autorités de Dakar et Banjul qui n’ont pas envoyé de représentant.

Les discours ont été précédés d'un épisode plutôt administratif : sans un mot, chaque militaire a signé un papier attestant de sa remise en liberté. Document contresigné par le Nigérian Claude Kondor, qui représente la Cedeao.

Un petit moment de tension s'est produit lorsque les rebelles ont, un temps, décidé de retenir des objets appartenant aux militaires. Leurs montres, leurs casques et leurs gilets pare-balles, notamment. Un responsable de la communauté Sant’Egidio, communauté a fait office de médiateur pour favoriser cette libération. Cette délégation a remercié Salif Sadio pour ce « geste humanitaire ».

Flou total autour des négociations

On ne connaît évidemment pas aujourd'hui le secret des négociations qui ont abouti à la libération des militaires sénégalais retenus par des éléments du MFDC de la branche de Salif Sadio. Rien n’a filtré sur la nature des discussions, ni même sur les conditions de la libération des prisonniers. On sait qu'elles furent longues et difficiles, pleines de rebondissements, pendant les deux semaines de captivité des sept soldats sénégalais enlevés le 24 janvier 2022 lors d'un affrontement à Biwam, dans le Sud de la Gambie. Les soldats effectuaient une opération de ratissage dans les forêts pour lutter contre le trafic de bois.

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

La tiktokeuse Faynara nominée à la Nuit des Stars Awards

La tiktokeuse Faynara nominée à la Nuit des Stars Awards

Qualification des lions en 1/8 de finale : Vague d'émotion sur la toile

Qualification des lions en 1/8 de finale : Vague d'émotion sur la toile

'Nous n'avons pas reçu de Rolls Royce', affirme Hervé Renard

'Nous n'avons pas reçu de Rolls Royce', affirme Hervé Renard

Pape Bouba si fier…

Pape Bouba si fier…

L'ancien président chinois Jiang Zemin est décédé à 96 ans

L'ancien président chinois Jiang Zemin est décédé à 96 ans

Elon Musk a réactivé le compte Twitter de Donald Trump

Elon Musk a réactivé le compte Twitter de Donald Trump

Retour sur les matchs de l’Angleterre contre les équipes africaines en Coupe du monde

Retour sur les matchs de l’Angleterre contre les équipes africaines en Coupe du monde

Coup de tonnerre dans l'affaire Al-Khelaïfi

Coup de tonnerre dans l'affaire Al-Khelaïfi

Le Sénégal capte 25,9 milliards FCFA sur le marché de l'UMOA

Le Sénégal capte 25,9 milliards FCFA sur le marché de l'UMOA