Niger : la CEDEAO rejette l'option d'une transition de trois ans

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a rejeté la proposition des soldats mutins du Niger d'une transition de trois ans vers un régime démocratique, un commissaire qualifiant la lenteur du calendrier de provocation.

Cedeao

La porte de la diplomatie avec la junte nigérienne est restée ouverte, mais la CEDEAO n'a pas l'intention de s'engager dans des discussions interminables qui ne mènent nulle part, a déclaré Abdel-Fatau Musah, commissaire à la paix et à la sécurité de la CEDEAO, lors d'une interview accordée à l'Associated Press mercredi.

"Les chefs d'État de la CEDEAO et la Commission sont convaincus que le coup d'État au Niger est un coup d'État de trop dans la région et que si nous le permettons, nous aurons un effet domino dans la région et nous sommes déterminés à l'arrêter", a déclaré M. Musah. Bien que des pourparlers directs et des négociations en coulisse soient en cours, il a déclaré que la porte de la diplomatie n'était pas ouverte indéfiniment.

"Nous n'allons pas nous engager dans un long marchandage avec ces officiers militaires ... Nous avons emprunté cette voie au Mali, au Burkina Faso et ailleurs, et nous n'avons abouti à rien", a déclaré M. Musah.

Ses commentaires inerviennent quelques jours après qu'une délégation de la CEDEAO a rencontré le chef du régime militaire nigérien, le général Abdourahmane Tiani, pour la première fois depuis que les soldats mutins ont renversé le président Mohamed Bazoum en juillet.

Après la réunion de la semaine dernière, M. Musah a déclaré que la balle était désormais dans le camp de la junte. La junte maintient Bazoum, sa femme et son fils en résidence surveillée, alors que la CEDEAO exige sa libération et le rétablissement de l'ordre constitutionnel.

ADVERTISEMENT

La CEDEAO utilise le Niger comme ligne rouge contre d'autres coups d'État après plusieurs dans la région, dont deux au Mali et au Burkina Faso depuis 2020. Elle a imposé de sévères sanctions économiques et de voyage, et a menacé de recourir à la force militaire si M. Bazoum n'était pas rétabli dans ses fonctions, mais la junte s'est retranchée dans ses positions. Elle a nommé un nouveau gouvernement et a déclaré qu'elle rétablirait la démocratie dans le pays d'ici plusieurs années.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT