Près de deux millions d'enfants ont perdu un parent à cause du Covid-19

Selon un rapport du journal médical The Lancet, l'ampleur réelle de la situation serait encore plus grave.

décès coronavirus-4

Quelque deux millions d'enfants à travers le monde ont perdu au moins un parent ou un grand-parent qui prenait soin d'eux depuis le début de la pandémie de COVID-19, constate une nouvelle étude publiée par le journal médical The Lancet.

Les chercheurs britanniques et américains estiment qu'un enfant sur 100 au Pérou, 4 enfants sur 1000 en Afrique du Sud et 1 enfant sur 1000 aux États-Unis ont perdu un parent depuis le début de la crise sanitaire.

Ils précisent qu'environ 1,5 million d'enfants ont perdu un parent à travers le monde, et que 2 millions ont perdu un parent, un grand-parent ou un autre proche qui vivait avec eux et veillait sur eux.

Les auteurs tirent leurs conclusions de données provenant de 21 pays qui, ensemble, représentent près de 80 % de tous les décès mondiaux attribuables à la COVID-19. Ils préviennent toutefois que leur bilan sous-estime probablement grandement l'ampleur réelle de la situation.

Si l'on ajoute deux millions de décès au bilan de la COVID-19 en 2021, ajoutent-ils, 600 000 enfants de plus deviendront orphelins et 1 million d'enfants supplémentaires perdront un parent, un grand-parent ou un proche.

ADVERTISEMENT

D'ENORMES RISQUES

Avant même la pandémie, rappellent les auteurs, le monde comptait déjà 140 millions d'orphelins qui avaient besoin de soins sociaux et sanitaires.

La participation active d'un grand-parent aux soins d'un enfant est associée à une hausse de la fréquentation et de la réussite scolaires, et à une augmentation de la présence des parents sur le marché du travail. La disparition de ce grand-parent pourrait contraindre le parent à laisser son emploi pour s'occuper de l'enfant, ou inversement, l'enfant à abandonner ses études.

Les enfants dont un grand-parent prenait déjà soin après le décès d'un ou des parent(s) pourront devoir affronter un nouveau deuil.

Les enfants qui ont perdu un parent, voire les deux parents, sont confrontés à une multitude de risques, souligne l'étude. La perte du père les rendra ainsi plus vulnérables à la violence sexuelle, possiblement en raison de l'insécurité économique dans laquelle le ménage aura été plongé.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Présidentielle après le 2 avril : l'UE met en garde Macky Sall

Présidentielle après le 2 avril : l'UE met en garde Macky Sall

La raison surprenante qui nous oblige à faire pipi toutes les nuits

La raison surprenante qui nous oblige à faire pipi toutes les nuits

Trafic aérien : les chiffres de l'OACI

Trafic aérien : les chiffres de l'OACI

Genre : vers la création d’un Conseil national des femmes !

Genre : vers la création d’un Conseil national des femmes !

Agression de Maimouna Ndour Faye : ce que dit l'enquête

Agression de Maimouna Ndour Faye : ce que dit l'enquête

Pourquoi l’amnistie ne concerne pas l'affaire Adji Sarr-Ousmane Sonko

Pourquoi l’amnistie ne concerne pas l'affaire Adji Sarr-Ousmane Sonko

Affaire Ngagne D. Touré : le parquet ordonne l'arrestation de 3 greffiers

Affaire Ngagne D. Touré : le parquet ordonne l'arrestation de 3 greffiers

Suspendu pour dopage, l'énorme fortune que va perdre Paul Pogba

Suspendu pour dopage, l'énorme fortune que va perdre Paul Pogba

Le Sénégal éliminé en 8e, Aliou Cissé va passer aux aveux

Le Sénégal éliminé en 8e, Aliou Cissé va passer aux aveux

ADVERTISEMENT