Une guerre peut éclater à tout moment ici !

Dans un monde en constante évolution, les tensions et les rivalités géopolitiques continuent de façonner les relations internationales, entraînant souvent un risque de conflit. Bien qu'il soit difficile de prédire avec certitude où les guerres peuvent éclater, certaines régions sont historiquement plus sujettes à l'instabilité et aux conflits.

Conflit armé

Alors que le monde aspire à la paix et à la stabilité, il est essentiel de reconnaître les zones où le risque de conflit est plus élevé en raison de dynamiques géopolitiques complexes, de tensions historiques et d'une série de facteurs sous-jacents.

C’est dans cette optique que Pulse vous présente certaines des zones où le risque d’embrasement est réel.

Le Moyen-Orient est depuis longtemps considéré comme une région instable, avec de nombreux points chauds géopolitiques. Les conflits en cours, tels que celui israélo-palestinien, la guerre civile syrienne et les tensions entre l'Iran et ses rivaux régionaux, ont créé un environnement extrêmement anxiogène. Des facteurs tels que les divisions religieuses et sectaires, l'accès aux ressources (en particulier le pétrole) et les guerres par procuration entre puissances extérieures exacerbent le risque de conflits supplémentaires dans cette région.

ADVERTISEMENT

La péninsule coréenne reste l'une des régions les plus tendues et les plus militarisées du monde. Le conflit non résolu entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, conjugué à la volonté de la Corée du Nord de se doter d'armes nucléaires et de missiles balistiques de longue portée, constitue une menace importante pour la stabilité régionale.

D’ailleurs, le mardi 11 juillet 2023, la Corée du Nord a tiré un missile balistique de longue portée, a annoncé l'armée de Séoul, quelques jours après que Pyongyang a menacé d'abattre les avions-espions américains qui violeraient son espace aérien.

L'escalade de la rhétorique et les provocations font craindre un conflit à grande échelle qui pourrait avoir de graves conséquences pour l'ensemble de la région.

Les différends territoriaux en mer de Chine méridionale ont exacerbé les tensions entre les pays de la région, en particulier la Chine, le Viêt Nam, les Philippines et Taïwan. Le chevauchement des revendications sur les territoires maritimes, riches en ressources naturelles et en routes stratégiques, a entraîné une présence militaire accrue et des escarmouches sporadiques. La possibilité d'une erreur de calcul ou d'une escalade des tensions dans cette région augmente le risque d'un conflit qui pourrait avoir des implications considérables.

La région de l'Europe de l'Est, et plus particulièrement l'Ukraine, a été au centre des tensions entre la Russie et les puissances occidentales. Le conflit en Ukraine, associé à l'annexion de la Crimée par la Russie, a tendu les relations et suscité des inquiétudes quant à une confrontation plus large.

En sus, il y’a un conflit gelé en Transnistrie. Ce petit bout de Moldavie, frontalier de l’Ukraine et soutenu par Moscou, revendique son indépendance. La Russie y dispose d’une base abritant 1 500 soldats.

Les rivalités géopolitiques actuelles, combinées à des tensions historiques et à des aspirations politiques différentes, font de l'Europe de l'Est une région où le risque de conflits localisés ou plus importants ne peut être écarté.

D’après Le Monde diplomatique, le conflit du Cachemire trouve son origine dans la partition de l’Empire britannique des Indes, en août 1947, entre l’Inde et le Pakistan. Situé entre les deux pays, le Cachemire va se retrouver divisé en deux parties : l’Azad Kashmir pakistanais et le Jammu-et-Cachemire rattaché à l’Union indienne après la guerre de 1947-1948. Deux autres guerres auront lieu en 1965 et en 1971.

La région reste une source de tensions en raison des divisions ethniques et religieuses. L'escalade des escarmouches au niveau des frontières et l'activité des militants dans la région laissent présager un conflit majeur, dont les conséquences pourraient être désastreuses pour l'Asie du Sud et au-delà.

La région du Sahel, qui s'étend sur des pays comme le Mali, le Niger, le Burkina Faso et le Nigeria, est confrontée à de multiples problèmes de sécurité, notamment le terrorisme, les tensions ethniques et la compétition pour le contrôle des ressources. La présence de groupes, tels que Boko Haram et diverses branches d'Al-Qaida et de l’État islamique, constitue une menace importante pour la stabilité de la région. Des facteurs tels que la pauvreté, les carences dans la gouvernance et la porosité des frontières contribuent au risque de conflit à plus grande échelle et à l'instabilité permanente.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT