Sur ce dernier point, des récentes révélations qui confortent des rumeurs informent que monsieur « chantre de la bonne gouvernance » a institué un système d’emplois fictifs. Il s’agit d’une part de son chauffeur personnel à qui il fait verser un salaire et d’une tierce personne que les investigations permettront d’identifier dans les meilleurs délais. Ces deux personnes perçoivent régulièrement depuis un an leurs salaires sans jamais travailler pour la SSPP Le Soleil et n’ont jamais mis leur pied dans l’entreprise.

Au-delà de ces aspects, Yakham MBAYE a, lors d’une réunion publique, mardi dernier, proféré des menaces de mort directes à l’endroit des membres du SYNPICS et du STLS. D’ailleurs un des syndicalistes, membres du STLS, a reçu sur son téléphone ces menaces de mort par sms. Des messages constatés par voie d’huissier et qui ont été transférés aux autorités judiciaires compétentes indique le communiqué.

Ensuite, Yakham MBAYE imprime son journal « Libération » dans notre unité d’impression Grafisol, sans bons de commande et nous ne sommes même pas sûrs qu’il paie normalement. Et même s’il payait, cela demeure aux yeux de la loi comme un conflit d’intérêt.

Aujourd’hui, l’union syndicale entre le SYNPICS et le STLS sur le licenciement injustifié de Mme Croquette pour avoir éternué parce que allergique à la poussière, de même que les informations détenues sur sa mauvaise gestion poussent Yakham Mbaye à s’adonner à un exercice de manipulation de l’opinion. Par deux fois et dans le même support, Monsieur Mbaye tente de ternir l’image des partenaires sociaux de l’entreprise.

L’Union Syndicale Synpics-Stls du Soleil demande simplement : l’annulation immédiate du énième licenciement abusif (le 7e en deux ans) de Mme Croquette, l’arrêt immédiat des dérives contre tous ceux qui refusent de lui faire des courbettes, le respect du cadre légal et réglementaire du quotidien national Le Soleil.

La technique de Yakham MBAYE visant à attaquer le messager (les syndicalistes du Soleil) pour éviter de s’attaquer aux messages, n’est ni plus ni moins que de la poudre aux yeux, une tentative de diversion, un dernier baroud de déshonneur.

Mais le SYNPICS et le STLS ne se laisseront pas divertir par un Directeur général qui aime jouer à la pirouette quand cela l’agréé et dont la manipulation est le jeu favori.

Le SYNPICS et le STLS tiennent à rappeler que cette affaire « Mme Croquette », n’est que la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Auparavant, M. Mbaye, allergique à la critique, a transformé, plusieurs dignes et compétents travailleurs du Soleil, qui ont occupé de hautes fonctions dans l’entreprise, en de simples agents, juste pour avoir dit leurs opinions.

Enfin, le SYNPICS et le STLS exigent de la part des hautes autorités publiques l’envoi d’une mission d’inspection et d’audit sur la gestion de Yakham MBAYE émaillée de malversations et autres micmacs financiers.