Dans un communiqué , l’ASUTIC explique que cet observatoire citoyen vise d’abord à « faire l’inventaire des dérives, des dérapages et erreurs de ce dispositif qui place le Sénégal hors du droit commun. »

L’Observatoire est appelé à « procéder à l’analyse des données afin d’en avoir une vue globale qui puisse permettre d’informer le public sur la réalité de l’Etat d’urgence, tirer des enseignements et enfin faire des recommandations ayant pour vocation de garantir le respect des libertés et droits fondamentaux en ligne et hors ligne. »

Les initiateurs comptent de cette manière contribuer à permettre de « s’assurer du respect par le Gouvernement du Sénégal de ses engagements internationaux en matière de droits humains en ligne. »

« L’Observatoire n’a pas pour vocation de s’interroger sur l’opportunité de ces mesures, mais de déterminer l’impact de l’application de l’Etat d’urgence sur les droits numériques », fait valoir l’ASUTIC.

Ses membres relèvent la nécessité de travailler à « combler les failles du contrôle politique et démocratique de l’Assemblée nationale du Sénégal », concernant l’Etat d’urgence, de même que « les limites du contrôle juridictionnel. »

« En l’absence d’informations officielles publiées par les autorités, écrivent-ils, ASUTIC entend recenser les éventuelles violations des droits humains en ligne publiées par la presse mais surtout en faisant appel aux citoyens », invités à partager leurs témoignages « sur les abus et dérapages à l’adresse : infos@asutic.org. »

« Nous aurons une responsabilité collective si nous, les citoyens, ne contrôlons pas la mise en œuvre des mesures de l’Etat d’urgence et n'évaluons pas les éventuelles violations des droits et libertés qui pourraient en résulter », fait valoir l’ASUTIC.

Elle insiste sur le « caractère nécessairement provisoire de ce régime d’exception attentatoire aux droits et libertés fondamentaux. Il importe donc d’en sortir le plus rapidement possible », recommandent les responsables de l’association.

L’Association des utilisateurs des TIC (ASUTIC) du Sénégal a pour ambition d’œuvrer pour la promotion et la protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales à l’ère numérique.

Selon ses promoteurs, ASUTIC a aussi pour objectif de contribuer au renforcement de la démocratie à travers la transparence, la responsabilité des décideurs et la participation des citoyens, sur la base de l’égalité de genre.