Hissène Habré emporté par la Covid-19 : les précisions de la justice Sénégalaise

La justice sénégalaise écarte la thèse d'une contamination à la Covid-19, en milieu carcéral, du défunt ancien président Tchadien.

Hissène Habré

Durant la soirée du lundi 23 août avec le communiqué de la femme d’Hissène Habré, Fatimé Raymonne Habré, indiquait que l’ancien président avait bien été contaminé au Covid-19. A l'annonce de son décès ce mardi 24 août, la direction de l’administration pénitentiaire a affirmé qu’aucun cas de Covid-19 n’a été recensé dans la maison d’arrêt où il était détenu.

Dans un communiqué parvenu à la rédaction, le service de communication de la prison déclare : "L'Administration pénitentiaire informe l'opinion publique que depuis le début de la pandémie à ce jour 24 août, aucun cas de contamination à la Covid-19 n'a été enregistré à l'intérieur des établissements pénitentiaires de Dakar."

La même source de préciser : "Concernant la Maison d'Arrêt et de Correction du Cap Manuel, les tests de Covid-19 effectués à la date du 23 août 2021 sur le personnel pénitentiaire de surveillance sont revenus négatifs."

Hissène Habré était en détention « au niveau du Cap Manuel, il y a de cela quelques jours », a déclaré le ministre de la Justice sénégalais Maître Malick Sall lors d'un passage à l'antenne de RFI. C'est sa femme qui a fait part de son état fiévreux : « Elle a donc demandé qu’il soit évacué dans une clinique de première catégorie à Dakar », ajoute-t-il.

HABRÉ CONTAMINÉ LORS D'UN SÉJOUR DANS UNE CLINIQUE PRIVÉE

ADVERTISEMENT

« L’administration n’était pas forcément pour, mais finalement, comme c’était pour des raisons de santé, on lui a accordé cette requête et c’est malheureusement au niveau de cette clinique-là qu’il a attrapé le Covid-19. Le chef de l’État a donné des instructions fermes immédiatement au directeur de l’hôpital et à son médecin personnel pour qu’il soit évacué à l’hôpital principal. C’est là que nous avons notre meilleur plateau médical au Sénégal, et donc il a été pris en charge immédiatement à ce niveau-là. C’est à l’hôpital principal qu’il est décédé », raconte-t-il.

Au début du mois d’août, Fatimé Habré avait déjà interpellé les ONGs de défense des droits humains au sujet de la santé de son mari. Elle avait fait part de sa « préoccupation » et de son « angoisse quotidienne face aux risques du Covid-19 » alors qu'Hissène Habré était « hypertendu et diabétique ».

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT