Découverte : Malcolm X un fervent musulman au service de la cause des noirs

Malcolm Little, né à Omaha (Etats-Unis), est le fils d'un charpentier prêcheur baptiste, mort en 1931. Il est emprisonné en 1946 pour des faits de délinquance. Durant son séjour en prison, il découvre Nation of Islam, une organisation politico-religieuse prônant un nationalisme afro-américain, qu’il va intégrer plus tard.

Conference de Malcolm

Malcolm Little, connu sous le nom de Malcolm X, également connu sous le nom d’El-Hajj Malek El-Shabazz, né le 19 mai 1925 à Omaha et mort assassiné le 21 février 1965 à Harlem, est un orateur, prédicateur, porte-parole de Nation of Islam, militant politique et défenseur des droits de l'homme afro-américain. Sa mère, Louise Norton Little, était mère au foyer auprès de ses huit enfants.

Son père, Earl Little, était un pasteur baptiste connu pour son franc-parler et un partisan passionné du leader du Black Nationalism, Marcus Garvey. L’activisme de Earl en faveur des droits civiques lui valurent de nombreuses menaces de mort de la part de l’organisme Black Legion, partisan de la suprématie blanche, et força la famille à déménager à deux reprises avant que Malcolm n’atteigne l’âge de quatre ans.

Malcolm était un étudiant brillant et déterminé, en plus d’être premier de classe. Mais lorsqu’un des professeurs qu’il aimait le plus lui fit savoir que son rêve de devenir avocat n’était pas réaliste pour un Noir, Malcolm perdit tout intérêt pour les études et abandonna l’école. Se retrouvant à flâner dans les rues, il fit la connaissance de voyous, de voleurs, de trafiquants de drogues et de proxénètes.

Reconnu coupable de vol à l’âge de vingt ans, il demeura en prison jusqu’à ses vingt-sept ans. Durant son emprisonnement, il se remit aux études. Parallèlement, il fit la connaissance de membres de la Nation de l’islam et se joignit à eux, étudiant les enseignements d’Élijah Muhammad. En 1952, c’est un homme complètement transformé qui sortit de prison.

ADVERTISEMENT

Malcolm Little prend alors le surnom de Malcolm X, car il ne connaissait pas son vrai nom, Little était le nom du maître d'un de ses ancêtres esclaves. Il devient un activiste de l'organisation Nation of Islam (appelé Black Muslims dans la presse), mouvement musulman, marqué par un nationalisme noir et le rejet de l'homme blanc, considéré comme exploiteur, esclavagiste et capitaliste.

Il est apprécié pour ses qualités d'orateur et rapidement devient le porte-parole de l'organisation. Il prêche le séparatisme noir et défend l'idée de la création d'une république noire indépendante au sein des Etats-Unis. Malcolm X intègre la direction de Nation of Islam à l'heure de son apogée. Il rencontre Elijah Muhammad au siège de Chicago en 1952 et commence à mettre sur pied des temples à New York, Philadelphie et Boston ainsi que dans des villes du Sud.

Il crée le journal de Nation of Islam, Muhammad Speaks, qu'il imprime dans son garage, et oblige tous les hommes membres à vendre un nombre donné de journaux dans la rue afin de recruter de nouveaux adhérents et de récolter des fonds. Il crée également la doctrine raciale du mouvement sur la cruauté intrinsèque des Blancs et la supériorité naturelle des Noirs.

Malcolm devient bientôt pasteur du temple numéro 11 de Boston, qu'il a lui-même fondé. Il recevra par la suite la charge de pasteur du temple numéro 7 de Harlem, le plus grand et le plus prestigieux des temples du mouvement, après celui de Chicago. Conscient de son talent et de ses compétences, Elijah Muhammad, qui apprécie particulièrement Malcolm X, en fait son bras droit en le nommant représentant national de Nation of Islam. Sous la direction de Malcolm, le mouvement atteint 500 000 membres. Si ce nombre fluctue, l'influence de l'organisation dépassera toujours le nombre officiellement reconnu de ses membres.

Orateur de talent et organisateur infatigable, doté d'une personnalité charismatique, Malcolm X exprime la colère contenue, la frustration et l'amertume des Noirs américains pendant la principale phase du Mouvement pour les droits civiques, de 1955 à 1965. Il prêche dans les rues de Harlem et donne des conférences dans les plus grandes universités, telles Harvard et Oxford. Son intelligence vive, son esprit incisif et son radicalisme ardent en font un formidable critique de la société américaine.

Le 12 mars 1964, forcé à agir par les jalousies internes au sein de la Nation de l’islam et les révélations scandaleuses au sujet de l’immoralité sexuelle d’Elijah Muhammad, Malcolm quitte la Nation de l’islam avec l’intention de fonder sa propre organisation :« Je me sens comme un homme qui a en quelque sorte dormi tout au long et qui a été soumis au contrôle d’un autre homme. Aujourd’hui, ce que je pense et ce que je dis provient de moi-même alors qu’auparavant, je pensais et parlais sous la direction d’une autre personne».

Durant cette même période, Malcolm X quitte Nation of Islam, qui n'est qu'un mouvement religieux et non politique. Il se convertit à l'islam sunnite orthodoxe et fonde sa propre organisation religieuse, The Muslim mosque Inc.. Il rejette l'intégration des Noirs et refuse de condamner la violence des opprimés. En avril 1964, il effectue un pèlerinage à la Mecque (Hajj) et à son retour il se fait appeler El-Hajj Malek El-Shabazz.

Son passage à la Mecque, un tournant décisif

Il condamne le racisme anti blanc de Nation of Islam et fonde l'Organisation pour l'unité afro-américaine, un mouvement politique non religieux, faisant de l'unité de tous les Noirs sa priorité.

C’est au cours du pèlerinage que Malcolm se mit à écrire des lettres à ses fidèles assistants de la nouvelle mosquée de Harlem et à leur demander de les photocopier et de les distribuer aux médias : « On m’a demandé ce qui m’avait le plus impressionné au Hajj et j’ai répondu : « La fraternité ! ». Ces gens de toutes les races et de toutes les couleurs, réunis en un seul et même lieu... J’y ai vu toute la puissance de notre Dieu unique. Tout, dans l’atmosphère du Hajj, nous rappelait l’unicité de l’homme sous l’unicité de Dieu. »

Malcolm revint du pèlerinage portant un nouveau nom : El-Hajj Malik al-Shabazz. Il vivait un intense renouveau spirituel et pour lui, sa lutte s’était déplacée ; il n’était plus un nationaliste luttant pour les droits civiques des Noirs, mais un humanitaire luttant pour les droits de l’homme, de tous les hommes.

Après avoir été l'objet de plusieurs menaces, Malcolm X est assassiné le 21 février 1965 lors d'un discours public par des militants de The Nation of Islam. Considéré comme un fanatique par les Noirs non-violents, Malcolm X a inspiré, par ses idées, le Black Panther Party fondé en 1966.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Libération de Sonko et Diomaye Faye : la bonne nouvelle annoncée par Macky Sall

Libération de Sonko et Diomaye Faye : la bonne nouvelle annoncée par Macky Sall

Le coup de gueule de Macky contre la presse internationale

Le coup de gueule de Macky contre la presse internationale

Macky Sall : « La liberté provisoire de Diomaye dépend de ses avocats »

Macky Sall : « La liberté provisoire de Diomaye dépend de ses avocats »

Libération de Sonko et de Bassirou : le président Macky Sall veut un climat d'apaisement

Libération de Sonko et de Bassirou : le président Macky Sall veut un climat d'apaisement

Macky Sall : 'je quitterai le pouvoir le 2 avril 2024'

Macky Sall : 'je quitterai le pouvoir le 2 avril 2024'

USA : en Alabama, les enbryons in vitro considérés comme des enfants à naître

USA : en Alabama, les enbryons in vitro considérés comme des enfants à naître

Suivez en direct l'entretien de la presse avec le Président Macky Sall

Suivez en direct l'entretien de la presse avec le Président Macky Sall

Diodio Glow Skin: la femme d'affaires livre les clés de sa réussite

Diodio Glow Skin: la femme d'affaires livre les clés de sa réussite

La journaliste Absa Hane porte plainte contre la police nationale

La journaliste Absa Hane porte plainte contre la police nationale

ADVERTISEMENT