Fermeture de l’UCAD : le SAES en grève les 6 et 7 novembre

Le SAES proteste contre la fermeture de l'UCAD et annonce un arrêt des activités les 6 et 7 novembre.

Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD)

Dans un communiqué, le Syndicat autonome de l'enseignement supérieur (SAES) a annoncé une grève de 48 heures les 6 et 7 novembre 2023, en signe de contestation contre la fermeture de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD).

Le bureau national du SAES a spécifié que cette grève implique la suspension de toutes les activités pédagogiques, y compris les cours, les séances de soutenance, et les délibérations, y compris celles associées aux formations payantes. De plus, il a été demandé de cesser toute participation à des activités administratives et réunions pendant cette période.

Le syndicat a également appelé ses membres à immédiatement mettre un terme aux cours en ligne proposés dans toutes les universités publiques.

Le SAES exhorte ses membres à retourner dans leurs universités respectives et à signer des pétitions en vue de convoquer des assemblées de facultés, dans le but de réclamer la réouverture immédiate et la sécurisation des campus.

Dans le cadre de son plan d'action, le SAES encourage les coordinations locales à organiser des marches suivies de points de presse sur les différents campus le lundi 6 novembre 2023 à 10h, afin d'exprimer leur opposition à ce qu'ils considèrent comme une « forfaiture savamment organisée ».

ADVERTISEMENT

Le syndicat annonce également que la Conférence nationale des sections est prévue pour le samedi 11 novembre 2023 à l'Université Iba Der Thiam de Thiès (UIDT), dans le but d'intensifier leur lutte.

Le SAES a exprimé sa préoccupation sur la situation actuelle dans les universités et a appelé l'opinion nationale et internationale à prendre conscience de la situation jugée « inacceptable ».

Le syndicat a également encouragé ses membres à rester mobilisés pour défendre vigoureusement l'enseignement supérieur.

Le SAES a clairement rejeté l'argument de la rénovation des infrastructures sociales, qu'il considère comme un alibi utilisé par les autorités pour justifier l'absence de préparation à la reprise des cours en présentiel, malgré les efforts déployés par les enseignants-chercheurs.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Transports terrestres : El Malick Ndiaye corse les amendes forfaitaires

Transports terrestres : El Malick Ndiaye corse les amendes forfaitaires

Nouveau clip de Mia Guissé : Gauche & Droite, En haut en bas cartonne et crée la polémique

Nouveau clip de Mia Guissé : "Gauche & Droite", "En haut en bas" cartonne et crée la polémique

Kabrousse : un homme se pend après une dispute avec son épouse

Kabrousse : un homme se pend après une dispute avec son épouse

Tchad : le président Mahamat Deby promet d'impulser le changement

Tchad : le président Mahamat Deby promet d'impulser le changement

Aliou Cissé publie sa liste et zappe Cheikhou Kouyaté

Aliou Cissé publie sa liste et zappe Cheikhou Kouyaté

Les chiffres des conflits du travail au Sénégal

Les chiffres des conflits du travail au Sénégal

Culture : 10 reines légendaires d'Afrique qui ont marqué l'histoire

Culture : 10 reines légendaires d'Afrique qui ont marqué l'histoire

Pour soigner son asthme, il fume du chanvre indien et finit en prison !

Pour soigner son asthme, il fume du chanvre indien et finit en prison !

Escroquerie : une commerçante emprunte de l’argent au nom de 24 personnes à leur insu

Escroquerie : une commerçante emprunte de l’argent au nom de 24 personnes à leur insu

ADVERTISEMENT