Guinée équatoriale : des Sénégalais risquent l'expulsion

À l’approche des élections générales prévues le 20 novembre prochain, les autorités équato-guinéennes sont en train de procéder à une vague d’expulsions de ressortissants africains. Des Sénégalais pourraient en faire partie. Les organisations de défense de droits de l’Homme dénoncent des violations.

© AFP PHOTO / MAHMUD TURKIA

Depuis le 20 octobre 2022, la Guinée équatoriale s’est lancée dans une politique de durcissement de sa politique migratoire. Malabo a décidé de fermer ses frontières terrestres et de mettre en place une vaste opération d'expulsions d’étrangers.

« Conformément aux directives du gouvernement (…), les forces de sécurité ont lancé depuis le 20 octobre, de vastes opérations de contrôle et d’expulsions des étrangers en situation irrégulière », a annoncé le 26 octobre, dans un communiqué adressé aux Camerounais résidant en Guinée équatoriale, le consul du Cameroun à Malabo, Toundi Richard.

Selon les médias locaux, le pays a décidé de fermer ses frontières terrestres à partir du 31 octobre et de les rouvrir après les élections du 20 novembre prochain.

Jeudi dernier, la Radio Television Guinea Equatorial a indiqué qu’« afin de garantir le bon déroulement des élections, le ministre de la Défense et de la Sécurité de l'État a demandé aux forces armées équato-guinéennes d'être extrêmement vigilantes aux frontières terrestres et maritimes et aux barrières ».

Par ailleurs, la Guinée équatoriale procède souvent à des expulsions d’étrangers.

ADVERTISEMENT

Le 29 avril dernier, l’ONG Amnesty International, a indiqué qu’« entre le 30 octobre 2021 et début décembre 2021, le gouvernement de Guinée équatoriale a lancé une campagne contre les migrant•e•s et mené des raids dans des grandes villes comme Malabo, Bata, Mongomo et Ebibeyin ».

Ces expulsions sont souvent accompagnées de brutalités policières. Selon la même source, « les membres des forces de sécurité ont arrêté dans la rue des personnes qui avaient, d’après eux, des ‘‘traits du visage d’origine africaine étrangère’’ et ont exigé de voir leurs papiers d’identité. Ceux qui n’avaient pas leurs documents sur eux ont été immédiatement arrêtés et placés en détention, souvent sans tenir compte de leur situation au regard de la législation sur l’immigration ».

À la lumière de cette situation, il n’est pas exclu que des Sénégalais fassent partie de ces expulsions. En avril dernier, Amnesty International nous annonçait que « plus de 500 personnes – principalement des ressortissants du Cameroun, du Nigéria, du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, de la République centrafricaine, du Tchad et du Mali – ont été arrêtées dans plusieurs villes du pays. Des dizaines d’entre elles ont affirmé avoir été rouées de coups et maltraitées lors de leur arrestation et de leur détention ».

Enfin, Rfi nous renseigne qu’avec une production moyenne de plus de 400 000 barils jour, la Guinée équatoriale, troisième pays producteur de pétrole d'Afrique, reste un eldorado pour de nombreux migrants. Sur les 600 000 habitants que compte le pays, le tiers est originaire de l'étranger.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Cet acteur de Marodi tué dans un accident...

Cet acteur de Marodi tué dans un accident...

Il n'y aura pas de production farine à partir de lundi

Il n'y aura pas de production farine à partir de lundi

Plusieurs cas de Covid chez les pèlerins sénégalais

Plusieurs cas de Covid chez les pèlerins sénégalais

Niger: des militaires enlèvent un préfet et exige la libération de Bazoum

Niger: des militaires enlèvent un préfet et exige la libération de Bazoum

Si vous avez cette caractéristique, vous êtes d'une intelligence supérieure

Si vous avez cette caractéristique, vous êtes d'une intelligence supérieure

Présence militaire : Macron dépêche son envoyé personnel à Dakar

Présence militaire : Macron dépêche son envoyé personnel à Dakar

Guy Marius : «Macron sait que Diomaye balaiera tous les soldats français»

Guy Marius : «Macron sait que Diomaye balaiera tous les soldats français»

Mairie de Ziguinchor : un Conseil municipal convoqué le 27 juin pour remplacer Sonko

Mairie de Ziguinchor : un Conseil municipal convoqué le 27 juin pour remplacer Sonko

Trafic international de drogue : le rappeur AKBess placé sous mandat de dépôt

Trafic international de drogue : le rappeur AKBess placé sous mandat de dépôt

ADVERTISEMENT