Fécafoot : Samuel Eto’o de plus en plus contesté

La légende du football africain, Samuel Eto’o, a été élu le 11 décembre 2021 président de la Fecafoot (Fédération camerounaise de Football) pour un mandat de quatre ans. Cependant, si les résultats de l’équipe nationale sont bons, la gestion de l’ancien international est de plus en plus critiquée.

Samuel Eto'o pose avec le trophée lors de la CAN 2021 au Cameroun

L’ancien renard des surfaces a réussi partout où il est passé comme joueur : FC Barcelone, Inter Milan, Chelsea… Sa connaissance du sport le plus populaire au monde est indéniable. Son vécu en tant que joueur lui a donc permis de faire de bons résultats depuis qu’il est à la tête de la Fecafoot, la Fédération camerounaise de Football.

ADVERTISEMENT

En effet, les lions indomptables ont jusqu’ici réussi à répondre présents lors de chaque compétition : demi-finale lors de la dernière Coupe d’Afrique des Nations et qualification pour la Coupe du monde Qatar 2022.

À ce bilan positif s’ajoute que l’ancien Ballon d’Or africain a réussi à donner un nouveau souffle au championnat local. Pour y arriver, « Il a toujours défendu les joueurs, et fait en sorte que les salaires leur soient réglés en temps et en heure, et il n’hésite pas à bousculer les dirigeants des clubs, peu habitués à cela », a déclaré Claude Jabéa Bekombo au journal Le Monde. Mais Samuel Eto’o fait de plus en plus l’objet de critiques au sein de la Fecafoot. Critiques amplifiées par le statut et l’aura planétaire dont l’ancien attaquant jouit.

D’abord, ses détracteurs lui reprochent la rupture unilatérale du contrat qui liait le Cameroun avec l’équipementier français Le Coq Sportif. Selon une source citée par le média français, « Il a décidé cela tout seul, aucun membre du comité exécutif n’a jamais eu accès au contrat ». L’équipementier a d’ailleurs décidé d’attaquer la fédération camerounaise en justice.

Ensuite, malgré le soutien du ministre des Sports camerounais, Narcisse Mouelle Kombi, Eto’o a limogé le sélectionneur portugais Toni Conceiçao, à l’issue de la dernière Coupe d’Afrique des Nations. Son remplacement par l’ancien international camerounais, Rigobert Song, est vu par de nombreux observateurs comme un moyen d’avoir la mainmise sur l’équipe. Bill Tchato, un autre ancien Lion indomptable et coordinateur des sélections nationales, a été également limogé par Eto’o dans des conditions similaires.

« Mais, s’il y a effectivement du bon dans son bilan, je suis globalement déçu. Le problème, c’est que la Fecafoot donne l’impression d’être gérée de manière très personnelle, et sans toujours de ligne directrice. Ses détracteurs l’attaquent notamment sur ce point, soulignant qu’il n’a pas attiré de nouveaux gros sponsors, comme il l’avait dit lors de sa campagne. À ce rythme, on peut se demander s’il tiendra jusqu’à la fin de son mandat. », fustige Jean-Bruno Tagne, journaliste et son ancien directeur de campagne, dans Le Monde.

Quant à Guibai Gatama, président du club amateur de Mokola FC, il reproche à Eto’o de procéder à des nominations ou à des renvois « comme il le veut, sans toujours en respecter les statuts ».

Enfin, Benjamin Banlock, le secrétaire général de la Fecafoot, avait démissionné en mai dernier. Il dénonçait « le management » de l’ancien attaquant.

Certaines des critiques les plus radicales de Samuel Eto’o ont décidé de passer à la vitesse supérieure. Des cas de fronde ont déjà été enregistrés. Guibai Gatama avance que le patron du football camerounais n’est plus légitime pour diriger l’instance. Se confiant au média français, il l’attaque « frontalement » ! Selon lui, « En juin, il [Eto’o] a été condamné par la justice espagnole à vingt-deux mois de prison dans le cadre d’une affaire de fraude fiscale. Or l’article 36 de nos statuts rappelle qu’un candidat est inéligible à partir du moment où il a été condamné à une peine définitive privative de liberté, assortie de sursis simple ou avec probation supérieure à six mois. Donc, je ne demande rien d’autre que l’application et le respect des textes, et à ce titre, la fédération n’a plus de président légal ».

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Après Trump, Biden complice du bourreau de la Palestine [Opinion du Contributeur]

Après Trump, Biden complice du bourreau de la Palestine [Opinion du Contributeur]

Keur Massar : une bande de 'braqueurs' de prostituées démantelée

Keur Massar : une bande de 'braqueurs' de prostituées démantelée

Présidentielle 2024 : Babacar Diop candidat déclaré des 'pauvres et de l'espoir'

Présidentielle 2024 : Babacar Diop candidat déclaré des 'pauvres et de l'espoir'

JO Paris 2024 : le CNOSS promet 387 millions FCFA pour préparer 18 athlètes sénégalais

JO Paris 2024 : le CNOSS promet 387 millions FCFA pour préparer 18 athlètes sénégalais

Gambling : 'la licence curacienne d’1xBet est valide et tout à fait opérationnelle' [Communiqué]

Gambling : 'la licence curacienne d’1xBet est valide et tout à fait opérationnelle' [Communiqué]

TikTok : Adamo perd son compte à plus d'un million d'abonnés

TikTok : Adamo perd son compte à plus d'un million d'abonnés

Forum sur la paix et la sécurité de Dakar : Gadio solde ses comptes avec l'Etat

Forum sur la paix et la sécurité de Dakar : Gadio solde ses comptes avec l'Etat

BISD et Sénégal : plus de 2 894 milliards FCFA investis en 46 ans

BISD et Sénégal : plus de 2 894 milliards FCFA investis en 46 ans

Accusé d'agression sexuelle : Félix Peperipé pointe du doigt le Maroc

Accusé d'agression sexuelle : Félix Peperipé pointe du doigt le Maroc

ADVERTISEMENT