Tunisie : condamnation de 12 policiers pour la mort d'un supporter de football

Jeudi, 12 policiers tunisiens ont été condamnés à deux ans de prison pour homicide involontaire à la suite du décès d'un supporter survenu le 31 mars 2018 après un match opposant le Club africain et l'Olympique de Médenine (1-1). La justice vient de clore une affaire qui a fait beaucoup de bruit dans un pays souvent pointé du doigt pour la brutalité de sa police.

AFP - FETHI BELAID

Au total, les policiers mis en cause étaient au nombre de 14, mais deux d’entre eux ont obtenu un non-lieu. Selon l’AFP, ils étaient accusés d'avoir poursuivi jusqu'à un petit cours d'eau proche du stade de Radès, en périphérie sud de Tunis, un groupe de supporters du Club africain, l'une des plus grandes équipes tunisiennes, impliqués dans des échauffourées.

Cette « course poursuite » a viré au drame lors que Omar Laabidi, 19 ans, a crié aux policiers qu'il ne savait pas nager avant de sauter dans l'eau pour leur échapper, indiquent des témoins cités par Me Mrabet, avocat de la famille de la victime.

Selon les mêmes sources, la police lui a juste répondu : « tu n'as qu'à apprendre à nager ». Si son frère a accusé les limiers de l'avoir poussé à se jeter à l'eau, d’autres témoins ont accusé les forces de l’ordre d’avoir frappé le jeune homme.

Le lendemain, le corps sans vie du jeune supporter a été repêché à environ 3km du stade de Radès.

En outre, l’affaire avait pris une dimension internationale. En effet, 16 ONG tunisiennes et internationales, dont Amnesty International, se sont saisies du dossier et confirmé les violences policières rapportées par les témoins. Selon elles, « le rapport médico-légal préliminaire fait état de deux hématomes majeurs relevés sur le corps de la victime, l'un à la cuisse et l'autre au thorax. Ces deux hématomes étaient manifestement la conséquence de coups de matraque ».

À l’instar de plusieurs pays, la Tunisie est en proie à une violence policière accrue. Selon des ONG et l'opposition, les services de sécurité tunisienne emploient des méthodes similaires à celles de l'État dictatorial sous Zine el Abidine ben Ali.

En sus, la Ligue tunisienne des droits de l'Homme, citée par l’AFP, a dénoncé une « impunité » de la police. Selon elle, 14 jeunes ont été tués ces dernières années lors d'affrontements avec les forces de l'ordre.

Une réforme « en profondeur » des services de sécurité continue d’être réclamée par la société civile.

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Qualif' en 8e : le Sénégal empoche plus de 8 milliards FCFA

Qualif' en 8e : le Sénégal empoche plus de 8 milliards FCFA

Koulibaly et Gana en guerre contre l'Angleterre

Koulibaly et Gana en guerre contre l'Angleterre

Mairie de Dakar : Wardini au cœur d'une nébuleuse de plus de deux milliards FCFA

Mairie de Dakar : Wardini au cœur d'une nébuleuse de plus de deux milliards FCFA

Des histoires de fake…

Des histoires de fake…

Zator Mbaye gruge une dame de 40 millions FCFA

Zator Mbaye gruge une dame de 40 millions FCFA

La carte nationale de presse désormais exigée à partir de ce 1er décembre 2022

La carte nationale de presse désormais exigée à partir de ce 1er décembre 2022

Confrontation Adji Sarr-Ousmane Sonko le 6 décembre

Confrontation Adji Sarr-Ousmane Sonko le 6 décembre

Mort de Fulbert Sambou : ce que révèle le certificat de genre de mort

Mort de Fulbert Sambou : ce que révèle le certificat de genre de mort

La tiktokeuse Faynara nominée à la Nuit des Stars Awards

La tiktokeuse Faynara nominée à la Nuit des Stars Awards