Sans Sergio Ramos toujours blessé, le Real Madrid devait confirmer son regain de forme observé le week-end passé sur la pelouse d'Alavés. Le champion en titre recevait une formation de Levante dont il faut se méfier cette saison. Avant de se déplacer dans la capitale espagnole, le club de Valence n'avait plus perdu depuis six matches toutes compétitions confondues, occupant la 12e place de Liga. Carvajal était lui aussi absent pour ce match mais Zidane pouvait compter sur son milieu de terrain classique et un trio offensif composé de Benzema, Hazard et Asensio.

Malgré cet effectif encore très compétitif, le Real se tirait une balle dans le pied dès l'entame avec l'expulsion franchement évitable de Militão (9e). À dix contre onze, la tâche s'annonçait plus ardue mais ça n'empêchait pas Asensio d'ouvrir le score après un magnifique extérieur du pied de Modric (1-0, 13e). En infériorité numérique, les Madrilènes avaient forcément plus de mal à tenir le ballon, d'autant qu'en face, Levante sentait que le vent pouvait tourner. Ça ne manquait pas puisqu'à la demi-heure de jeu (1-1, 32e), Morales égalisait, terminant un joli mouvement d'ensemble.

Le Real dans un nouveau mauvais jour

Malgré un léger mieux du Real, le score ne bougeait plus jusqu'à la pause. Les protégés de Zidane revenaient sur le pré avec une meilleure maîtrise collective. Dans un bon jour, Asensio s'affirmait comme le principal danger, alors qu'à l'inverse, Hazard traversait ce match telle une ombre. Le Belge cédait même sa place à l'heure de jeu pour l'entrée d'un Vinicius bien plus volontaire. Trop volontaire même car en voulant défendre sur Clerc, le jeune Brésilien ne ralentissait pas suffisamment sa course et concédait un penalty un peu idiot à l'entrée de sa surface.

Heureusement pour lui, Courtois enfilait son costume de sauveur et repoussait d'un gant ferme sur sa gauche la tentative de Roger Marti (64e). Sauf que rien n'allait aujourd'hui pour les Merengues qui n'offraient plus rien dans le jeu entre un Benzema disparu, un Asensio essoufflé, un Casemiro descendu en défense centrale et un Vinicius qui faisait à nouveau n'importe quoi. Les Granotes profitaient de ce décrochage collectif pour jouer court ce corner et permettre à Rochina de trouver Marti en retrait (1-2, 78e). Mené, le Real ne parvenait pas à revenir et devait à nouveau s'incliner après un très mauvais après-midi.