Sénégal : 500 000 travailleurs recensés dans le Secteur privé !

L'emploi du secteur privé reste robuste : les entreprises privées ont créé 500.000 postes salariés.

10 African countries where workers earn highest average monthly salaries according to latest data from Statista, Salary Explorer (Image Source: The Economist)

Au Sénégal, le rapport des statistiques du travail décline le nombre de travail à l’année concernée. Mais globalement au niveau des entreprises privées et publiques, on estime à quelque « 500 mille travailleurs et à quelque 150 mille agents de l’état », a révélé Ndiaga Ndiaye, inspecteur du travail et président de l’Amicale des Inspecteurs et Contrôleurs du Travail et de la Sécurité Sociale (AICTSS).

Il ressort du rapport de l’enquête régionale intégrée sur l’Emploi et le Secteur informel (ERI-ESI) publié par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD) publié en 2020 que le secteur privé est le principal pourvoyeur d’emplois au Sénégal.

En effet, plus de 90 pour cent des emplois au niveau de l’économie, soit 90,2 pour cent, sont créés par le secteur privé, 4,8 pour cent par le secteur public et 5,0 pour cent dans le secteur des ménages.

La population inactive, c’est-à-dire hors du marché du travail, est estimée à 4 656 596 et celle inactive hors main d’œuvre potentielle à 3 765 923.

Le taux de chômage BIT est de 2,9 pour cent, celui du chômage combiné au sous-emploi lié au temps de travail est estimé à 12,6 pour cent, et celui du chômage et de la main d’œuvre potentielle à 20,5 pour cent. Le taux de chômage élargi est 12,5 pour cent.

ADVERTISEMENT

Selon le rapport, plus du cinquième (21,9 pour cent) des chômeurs cherchent un emploi salarié, moins du sixième (29,1 pour cent) un travail non salarié et un chômeur sur deux (49,0 pour cent) est indifférent (et désire seulement travailler), c’est-à-dire preneur de tout ce qui est offert sur le marché du travail.

Quant aux heures travaillées, le nombre moyen par semaine s’est établi à 40,9 heures durant la période sous revue contre 41,1 heures au deuxième trimestre 2019, soit une diminution de 1,4%.

Cette situation est imputable principalement à la réduction des heures moyennes hebdomadaires travaillées dans le secteur du commerce, de la construction, du transport et l’entreposage, de l’hébergement et la restauration, de l’information et de la communication ainsi que dans les activités spécialisées scientifique et techniques.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

La gendarmerie démantèle un réseau de commerce illicite d'armes !

La gendarmerie démantèle un réseau de commerce illicite d'armes !

Mali : «opération bougie» contre les coupures d'électricité !

Mali : «opération bougie» contre les coupures d'électricité !

Un enfant de 2 ans péri dans un incendie

Un enfant de 2 ans péri dans un incendie

Culture : 7 choses à savoir sur Mère Teresa !

Culture : 7 choses à savoir sur Mère Teresa !

Faux monnayage : qu'est-ce qu'un billet noir ?

Faux monnayage : qu'est-ce qu'un billet noir ?

Amnistie : les motifs de Macky Sall dévoilés

Amnistie : les motifs de Macky Sall dévoilés

Supposée divorce avec Amina Poté: Malick Nar dément et assène ses vérités

Supposée divorce avec Amina Poté: Malick Nar dément et assène ses vérités

État d'urgence en Haïti et instauration d'un couvre-feu à Port-au-Prince

État d'urgence en Haïti et instauration d'un couvre-feu à Port-au-Prince

Encore une mauvaise nouvelle pour Sadio Mané

Encore une mauvaise nouvelle pour Sadio Mané

ADVERTISEMENT