Sénégal : le secteur minier a généré plus de 185 milliards FCFA en 2020

Le secteur minier compte également près de 9500 emplois selon le Rapport Itie 2020.

Extraction-miniere-au-Senegal

...

L’initiative pour la transparence dans les industries extractives du Sénégal (ITIE) a présenté hier son rapport 2020. Le total des revenus générés par le secteur extractif pour l’année 2020 s’élève à 185,20 milliards de F CFA, dont 167,75 milliards affectés au budget de l’Etat.

Les conclusions formulées dans le rapport de l’initiative pour la transparence dans les industries extractives du Sénégal (ITIE) se sont basées sur les données financières se rapportant à l’année 2020 ainsi que sur les réformes et les faits marquants survenus ultérieurement, et jusqu’à la date du présent rapport. Le total des revenus générés par le secteur extractif pour l’année 2020 s’élève à 185,20 milliards de FCFA, dont 167,75 milliards affectés au budget de l’Etat.

Le détail des revenus par secteur

Ainsi, ce rapport montre que le total des revenus générés par le secteur extractif au Sénégal a évolué de 24,16 milliards de FCFA par rapport à l’exercice 2019, enregistrant ainsi, une hausse de 15,6%. Cette hausse s’explique par plusieurs facteurs. Les revenus du secteur minier sont en hausse de 30,68 milliards de FCFA, passant de 132,17 milliards de FCFA en 2019 à 162,85 milliards de FCFA en 2020. Selon le rapport, cette hausse est expliquée principalement par la bonne tenue des productions d’or, de minéraux lourds et la hausse des cours mondiaux de ces produits miniers et les paiements au titre de la taxe sur ciment, instituée par le décret n°2020-986 du 24 avril 2020, et qui a généré 7,5 milliards de FCFA.

ADVERTISEMENT

9.409 emplois pour une masse salaire de 106 milliards Fcfa

26 sociétés retenues dans le périmètre de rapprochement de 2020 ont communiqué le détail de leur effectif : elles emploient 9.409 emplois pour une masse salaire de 106 milliards Fcfa dont 98,3 milliards pour les employés du secteur minier et 8,4 milliards pour ceux du secteur des hydrocarbures. La majorité des effectifs (95,68%) sont des nationaux. Les femmes sont en nombre de 724 et représentent 7,69% de l’effectif global. Le secteur des hydrocarbures compte 320 employés et le secteur minier 9089 pour une population active de 4.255.422.

Les revenus des hydrocarbures en baisse de 6,51 milliards de FCFA

L’évolution des paiements perçus par la DGD au titre des droits de douane qui ont évolué de 7,4 milliards de FCFA, (certaines entreprises étant en phase de développement/construction ont augmenté leurs volumes d’importation). En revanche, les revenus du secteur des hydrocarbures sont en baisse de 6,51 milliards de FCFA, passant de 22,58 milliards de FCFA en 2019 à 16,07 milliards de FCFA en 2020. Toujours, le rapport indique que cette baisse s’explique par l’absence de recettes exceptionnelles similaires à celles payées en 2019 qui étaient principalement, le paiement de la deuxième tranche de financement de la construction de l’Institut National du Pétrole et du Gaz effectué par la société TOTAL E&P pour un montant de 10 Millions de USD (≈ 5,91 milliards de FCFA) au profit de l’Etat du Sénégal (conformément à l’article 19.6 du Contrat de Recherche et de Partage de Production d’hydrocarbures du bloc Ultra Deep Offshore (UDO)), et des paiements effectués par la société KOSMOS Energy en 2019, relatifs à des redressements fiscaux d’un montant de 5,21 milliards de FCFA.

Le secteur minier artisanal a été affecté négativement par la pandémie à COVID-19 avec la suspension des activités d’orpaillage suite à l’arrêté du Gouverneur de la région de Kédougou en date du 25 mars 2020. Ce document révèle que la reprise des activités n’a été permise que le 2 novembre 2020 suite à un arrêté d’abrogation du précédent arrêté. Les revenus générés par le secteur extractif en 2020 ont été affectés à 90,58% au Budget de l’Etat.

Le reste des revenus est réparti entre le compte d’exploitation de la société nationale PETROSEN, les fonds propres des organismes collecteurs, les fonds revenant à l’UEMOA et à la CEDEAO, et les dépenses sociales et environnementales. Il ressort de l’analyse de la contribution, au même titre que les années précédentes, que le poids du secteur extractif est surtout perceptible à travers son effet positif sur la balance des paiements tandis que sa contribution dans le PIB ou dans l’emploi reste marginale.

En effet, le cours de l’or a été en moyenne de 1773 dollars US12 l’once 13 atteignant un pic de 2063 dollars US le 06 Août 2020. Du fait des restrictions sanitaires et de la crise économique qui s’en est suivie, l’or étant considéré comme une valeur refuge a vu son cours s’envoler.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Mali : le gouvernement annonce le report des élections présidentielles

Mali : le gouvernement annonce le report des élections présidentielles

‘Amadou Ba président du Sénégal’, le khalife des Tidianes soutient le Pm

‘Amadou Ba président du Sénégal’, le khalife des Tidianes soutient le Pm

Paris : les salariés d’Apple en grève lors du lancement de l’iPhone 15

Paris : les salariés d’Apple en grève lors du lancement de l’iPhone 15

Michael Douglas, un cancer lié au sexe oral

Michael Douglas, un cancer lié au "sexe oral"

Vous faîtes ça avant de dormir, il faut vite consulter

Vous faîtes ça avant de dormir, il faut vite consulter

Dans cette ville, il est interdit de dire ‘papa’ et ‘maman’

Dans cette ville, il est interdit de dire ‘papa’ et ‘maman’

Le match des Pulse Influencer Awards (en images)

Le match des Pulse Influencer Awards (en images)

La BAD prévoit la fin de l’insécurité alimentaire en Afrique d'ici 5 ans

La BAD prévoit la fin de l’insécurité alimentaire en Afrique d'ici 5 ans

Le coach du Rwanda accuse les Ghanéennes d'avoir des hormones d'homme

Le coach du Rwanda accuse les Ghanéennes d'avoir des hormones d'homme

ADVERTISEMENT