Les excuses de Kanye West à Kim Kardashian

« Je m’excuse pour tout le stress que j’ai pu causer », a déclaré Kanye West s'adressant à Kim Kardashian.

Kanye West

Cela fait désormais un peu plus d’un an et demi que Kim Kardashian et Kanye West se sont séparés mais cette rupture, le rappeur a un mal fou à la digérer. À tel point qu’il a plusieurs fois franchi les limites. Il a inondé les réseaux sociaux de diatribes qu’il n’a en plus jamais complètement assumés vu qu’il a souvent supprimé fissa ses messages.

Kanye West a poussé le bouchon un peu loin

Ye ne s’est en effet pas privé de s’en prendre assez violemment à son ex et sa famille à de multiples reprises, notamment au sujet de l’éducation de leurs quatre enfants (North, 9 ans, Saint, 6 ans, Chicago, 4 ans et Psalm, 3 ans). Mais il y en a un autre qui a subi sa vindicte : Pete Davidson. Le comédien, qui a partagé pendant neuf mois la vie de Kim, a été victime de la jalousie de Kanye (alors que lui-même ne sait pas privé pour fréquenté d’autres personnes, coucou, Julia). Il l’a régulièrement insulté et dénigré, ce qui aurait d’ailleurs conduit Pete à suivre une thérapie pour arriver à gérer ce harcèlement continu.

Mais Kanye West semble sur la voie de la rédemption. Le mot juste pour cet homme très croyant. Dans un entretien pour Good Morning America, une émission diffusée sur ABC News, l’interprète de Heartless a fait son mea culpa et exprimé ses excuses à l’adresse de Kim Kardashian. « C’est la mère de mes enfants, et je m’excuse pour tout le stress que j’ai pu causer même quand j’étais frustré. Parce que Dieu me demande d’être plus fort. J’ai besoin qu’elle soit moins stressée, saine d’esprit et aussi calme que possible pour élever les enfants », a-t-il déclaré.

ADVERTISEMENT

Kanye West et Kim Kardashian pas sur la même longueur d’onde

Car c’est bien autour de leur progéniture que l’entente fait défaut entre les ex. Kanye aimerait qu’il soit scolarisé dans sa propre école privée et chrétienne, la Donda Academy, ce que ne souhaiterait pas Kim. Mais il veut faire entendre sa voix : « Je suis leur père. Il faut qu’il y ait coparentalité. Ça ne concerne pas seulement la femme. Les hommes aussi ont le choix. La voix des hommes compte, dit-il. J’ai le droit de m’exprimer sur ce que mes enfants portent, ce qu’ils regardent, ce qu’ils mangent. J’ai une plateforme qui me permet de dire ce que tant de pères ne peuvent pas dire à voix haute. » Bon, ce n’est finalement peut-être pas la fin de la guerre entre eux…

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT