Éric Zemmour : ‘Si j’étais au pouvoir, pas un seul migrant n'arriverait en France"

Invité de BFMTV ce dimanche, le président de Reconquête s'est opposé à la répartition des migrants arrivés ces derniers jours à Lampedusa telle que voulue par Ursula von der Leyen. Celle-ci a appelé les pays de l'UE à accueillir une partie des migrants arrivés en Italie.

Eric-Zemmour-sur-BFMTV

Invité de BFM Politique ce dimanche, le président du parti Reconquête, Éric Zemmour, a estimé que la petite île italienne de Lampedusa, où des milliers de migrants sont arrivés cette semaine, était victime d'une "invasion". Le politique d'extrême droite avait fait campagne contre l'immigration lors de la présidentielle. "Si moi j'étais au pouvoir, pas un migrant n'arriverait" en France, a-t-il assuré sur BFMTV ce dimanche.

La cheffe du gouvernement italien, Giorgia Meloni, avait également fait campagne pour la lutte contre l'immigration. Elle a jugé vendredi soir "insoutenable" la pression migratoire subie par son pays et demandé que la question migratoire soit mise à l'ordre du jour du sommet de l'UE en octobre.

Suppression du droit du sol, du regroupement familial

Pour Éric Zemmour, dans le cas de la France, la solution est de supprimer "toutes les attractions" qui "font venir" les migrants en France.

ADVERTISEMENT

Il a donc une nouvelle fois plaidé pour la suppression du droit du sol (l'octroi de la nationalité française à un enfant né sur le sol français de parents étrangers, sous conditions) et du regroupement familial (le fait qu'un étranger qui a un titre de séjour en France puisse être rejoint par son époux(se) et ses enfants).

Éric Zemmour veut également supprimer les allocations dont peuvent bénéficier des étrangers en France: "c'est pour notre système social qu'ils viennent", a-t-il affirmé dimanche.

"Pas de répartition des migrants"

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, en déplacement à Lampedusa, a estimé dimanche que l'immigration irrégulière avait besoin d'une "réponse européenne" et a appelé les autres pays de l'UE à accueillir une partie des migrants arrivés en Italie.

"Il n'y aura pas de répartition des migrants en France si moi je suis président de la République", a affirmé Éric Zemmour, qui voulait en 2022 "réorienter l'UE vers une Europe des nations".

Située à moins de 150 km du littoral tunisien, Lampedusa est l'un des premiers points d'escale pour les migrants qui franchissent la Méditerranée en espérant gagner l'Europe. Chaque année pendant l'été, ils sont des dizaines de milliers à prendre la mer sur des embarcations de fortune.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT