L’Etat en colère contre l’IPD et l'Iressef

Les autorités sanitaires tapent du poing sur la table après l'annonce de trois cas du variant d'Omicron par l'ressef et l'Ipd.

Abdoulaye Diouf Sarr

Les autorités sanitaires tapent du poing sur la table après l'annonce de trois cas du variant d'Omicron par l'ressef et l'Ipd.

L’annonce de la présence d’Omicron au Sénégal par l'Institut de Recherche en Santé, de Surveillance Épidémiologique et de Formations (Iressef) et l'Institut Pasteur de Dakar passent mal auprès des autorités sanitaires.

Une attitude qui a fini par provoquer la colère du Ministère de la Santé et de l'Action sociale qui a remonté les bretelles aux deux Instituts. Pour qu'ils cessent leur activisme débordant, car celui-ci est de nature à installer le désordre dans un Etat qui dispose d'une Direction générale de la Santé, à travers la Division de la Surveillance des épidémies.

L'Iressef n'a pas résisté à l'envie d'annoncer qu'il est le premier Institut à avoir détecté le variant Omicron chez un voyageur qui séjourne dans notre pays.

Ce qui a sans doute poussé son rival Pasteur aussi à avoir annoncé les résultats de ces tests positifs sans attendre le point quotidien sur la maladie organisé par le Ministère de la Santé et de l'Action sociale.

ADVERTISEMENT

Les Services d'Abdoulaye Diouf Sarr sont certes frustrés par le comportement de l'Institut Pasteur aussi, mais la plus grande partie de leur colère est dirigée contre l'Iressef. En effet, c'est l'Institut de Souleymane Mboup qui a déclenché cette guerre des communiqués.

Les autorités sanitaires les ont rappelés à l’ordre, exigeant qu’ils respectent la stratégie de communication. Sermonnés, les deux laboratoires ont promis de ne plus agir en solo,

Cette guerre des communiqués entre Pasteur et Iressef est révélatrice de leur dualité. Elle montre que la concurrence est en train de prendre le dessus sur les rapports que sont censés entretenir les deux laboratoires qui sont au cœur de la riposte contre le covid-19.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT