'Des collaborateurs m'ont trahi' : Mimi Touré répond à Macky Sall

Le chef de l’Etat, Macky Sall a fait part d’un sentiment de trahison qui l’habite par rapport quelques-uns de ses alliés. Compagnon des premières heures du président de la République, l’ancienne premier ministre Aminata Touré se dit "déçue"

Aminata Touré, tête de liste de BBY

Le président de la République Macky Sall a récemment évoqué dans la presse quelques sentiments qui l’habitent à quelques mois de la fin de son mandat. Parmi eux, le sentiment d’avoir été trahi par ses collaborateurs. Aminata Touré, ex Premier ministre, qui a passé 10 ans à ses côtés dans l’exercice du pouvoir répond au président de la République Macky Sall.

"Déjà, je pense que ce n’est pas le ton que devrait avoir un président de la République après avoir passé 12 ans à la tête du pays. Son mandat a été renouvelé. Le peuple lui a fait un grand honneur ! C’est un honneur d’occuper des fonctions et diriger nos compatriotes. C’est plus un message de gratitude qu’il devrait exprimer, y compris à l’endroit de ses collaborateurs", s'est désolée Aminata Touré, dans une entretien dans Enquête.

Elle rembobine : "Quand on accompagnait Macky Sall en 2011, il y avait 13 autres candidats au siège du président de la République, plus le président sortant, Me Abdoulaye Wade. Au moment où il n’avait rien à offrir, Macky Sall a été notre choix. Il était officiellement sans emploi. Nous nous sommes battus à ses côtés dans un contexte très incertain en prenant des risques. J’étais fonctionnaire international avec un contrat à durée indéterminée et j’ai pris un congé sans solde."

"Je voudrais également parler au nom de feu Alioune Badara Cissé (ancien médiateur de la République) qui a laissé un poste d’avocat pour le suivre, et tant d’autres compagnons. On avait le choix d’accompagner d’autres candidats. Mais nous l’avons choisi, alors qu’il n’était même pas le favori de l’élection. C’était un choix de raison et affectif", replique-t-elle.

Avant d'ajouter : "lorsque certains de vos compagnons ne sont pas d’accord avec ce que vous voulez, vous les considérez comme des traîtres. Je fustige cette explication de notre compagnonnage. C’est une trahison de plus de nous considérer globalement comme des traîtres, lorsque je pense à Alioune Badara Cissé qui n’est pas là pour le dire. Il avait sa personnalité et ses idées et on a tous vu comment cela s’est terminé entre lui et le président Macky Sall."

ADVERTISEMENT

"Quels que soient les aléas du compagnonnage, je pense qu’il devrait leur exprimer de la gratitude de l’avoir choisi comme compagnon dans des moments incertains. J’aurais aimé entendre ça dans son discours. 12 ans après, que le mot trahison sorte, c’est une grande déception ! Maintenant, on peut rentrer dans les détails de qui a trahi qui ? Cela peut faire l’objet d’un débat ! Il est président de la République, par respect pour cette institution, je m’en arrête là…", s'offusque Mimi Touré.

Qui précise : "En ce qui me concerne, j’ai consacré mon énergie, mon temps et mes ressources à le soutenir. On a vu comment la relation s’est terminée. Je suis allée au-delà de la loyauté avec lui. Je vivais à New York, une ville agréable à vivre, avec mes enfants. J’y ai un titre foncier. J’ai tout mis en parenthèse pour accompagner un opposant. Macky Sall, quels que soient nos différends, devait reconnaître que nous avons contribué à son parcours. Ce qu’il nous doit, c’est de la gratitude. S’il en est arrivé à signer des décrets et à ordonner des dépenses, à nommer aux fonctions civiles et militaires, c’est parce qu’on l’a accompagné pour qu’il se fasse élire."

"On s’est toujours battu pour lui. Je me suis engagée à ses côtés et cela ne m’empêchait pas de dire ce que je pense, dans les instances et surtout en privé. Il le sait ! Nous avons été avec lui quand il était dans le doute total. On a gagné ensemble et on l’a défendu avec la dernière énergie quand il a été au pouvoir", se défend-elle.

"Dire qu’il a été seul, c’est peut-être maintenant qu’il part. Et dès qu’on quitte le pouvoir, on est tout seul. Il faut le savoir. La meilleure manière de ne pas être seul est d’avoir le peuple sénégalais avec vous", fait remarquer l'ex-présidente du CESE

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Guinée : début d'une grève générale illimitée, deux jeunes tués

Guinée : début d'une grève générale illimitée, deux jeunes tués

Ziguinchor : 9 détenus politiques libérés dont 5 mineurs

Ziguinchor : 9 détenus politiques libérés dont 5 mineurs

Prison de Liberté 6: la vice-coordonnatrice de l’ex Pastef a subi un malaise

Prison de Liberté 6: la vice-coordonnatrice de l’ex Pastef a subi un malaise

Affaire de parfums volés : le lutteur Gris 2 déféré

Affaire de parfums volés : le lutteur Gris 2 déféré

Grève générale, villes mortes : Aar Sunu Sénégal paralyse le pays, ce mardi

Grève générale, villes mortes : Aar Sunu Sénégal paralyse le pays, ce mardi

Baidy Amar était interné à cause de sa dépendance à la drogue

Baidy Amar était interné à cause de sa dépendance à la drogue

Une responsable de  PASTEF virée : il aurait reçu 15 millions FCFA du  ministre des Finances

Une responsable de PASTEF virée : il aurait reçu 15 millions FCFA du ministre des Finances

Macky Sall persiste et signe : 'le 2 avril, c'est fini pour moi'

Macky Sall persiste et signe : 'le 2 avril, c'est fini pour moi'

CCIAD : suivez en direct le dialogue national

CCIAD : suivez en direct le dialogue national

ADVERTISEMENT