Fonds occultes, financement des partis : focus sur ces mallettes d’argent

L’affaire Ousmane Sonko accusé par le député Matar Diop de la mouvance présidentielle d’avoir reçu 12 milliards FCFA de bailleurs intervenant dans le secteur de l’exploitation du pétrole et du gaz relance le débat sur la question du financement des partis politiques.

Mallette-d-argent-de-faure-gnassingbe-refuse-par-elysee1 (1)

Le financement des partis politiques devient un vieux serpent de mer qui ressort chaque fois à l’approche des échéances électorales. Maintes fois agitée mais jamais matérialisée au Sénégal, la problématique du financement des partis politiques sur fonds publics permettrait, selon bien d’acteurs politiques, de mettre de l’ordre dans le jeu politique.

A condition que toutefois cette dotation soit réglementée, transparente et soutenue par… une volonté politique affirmée de l’Etat, toute la classe politique sénégalaise est favorable au financement des partis, mais l’Etat rechigne à matérialiser ce vœu pour des raisons tout à fait obscures. Les supposés fonds substantiels reçus par le maire de Ziguinchor de la part de bailleurs étrangers, en échange de la promesse de renégocier les contrats pétroliers et gaziers du pays relance le débat sur une loi encadrant le financement des partis.

Robert Bourgi, Monsieur Afrique avait mis en lumière une pratique de financement occulte des partis politiques dite "des valises" de la "Françafrique". En quoi consiste ce système ? Le système des valises, pile d’argent liquide remontée des pays africains aux partis politiques français, peut s’apparenter à un échange de bons procédés. D’un côté, les dirigeants africains fournissent des fonds (pouvant se chiffrer à plusieurs millions) pour le financement des campagnes électorales françaises. De l’autre, les hommes politiques français s’engagent, une fois élus, à assurer la stabilité de ces Etats "amis".

A quoi servait ce système ? - Pour résumer, il s’agit d’une "sorte d’assurance tous risques" pour les dirigeants africains incluant la sécurité personnelle du donateur jusqu'à la défense de son pays avec l'installation de bases militaires françaises. Les politiques français s'engageaient aussi à fermer les yeux sur les petites et grandes dérives de leurs protégés, qu’elles soient personnelles ou qu’elles visent p- par exemple - à censurer leurs opposants politiques.

ADVERTISEMENT

Qui sont les porteurs de valises ? - Ce sont en général des émissaires non officialisés sur lesquels les chefs d’Etat s’appuient pour bénéficier de leurs réseaux. "Robert Bourgi par exemple, c’est quelqu’un sur qui Nicolas Sarkozy a pu compter lors de la libération de Clotilde Reiss, un temps détenue en Iran. Bref, ce sont des gens sur lesquels la République se repose, quand ses propres réseaux sont impuissants", expliquait à Europe1.fr Frédéric Lejeal, spécialiste de l’Afrique et rédacteur en chef de La lettre du contient. Hommes de l’ombre, ils peuvent - comme Robert Bourgi l’affirme - servir de messagers pour des financements occultes.

UN SYSTEME VIEUX DE PLUS DE 60 ANS

Quand cela a-t-il débuté ? - "On suppose que ce système de financements a débuté pendant la Seconde Guerre mondiale. Des réseaux se sont alors mis en place avec les dirigeants de la France libre", raconte Frédéric Lejeal avant d’ajouter : "Ces pratiques ont ensuite servi à financer la politique française, pendant des années, toutes couleurs confondues".

Ce système perdure-t-il ? - "Les réseaux de la Françafrique se sont délités. Aujourd’hui, ils sont déstructurés et ne sont plus indispensables pour les dirigeants africains. Ils n’existent plus sous la même forme", juge le rédacteur en chef de La lettre du continent. "Les lois passées dans les années 1990 - qui assurent un contrôle plus rigoureux des finances des partis et plafonnent les dons par personne (lire notre article : comment se financent les partis)- ont bien changé la donne", poursuit-il.

Mais l'ex-chiraquien Jean-François Probst est d’un autre avis. Lundi, il affirme dans Le Parisien que ce système a perduré, au moins jusqu’à la dernière campagne électorale. "Robert Bourgi s'est dépensé sans compter pour Sarkozy auprès de nombreux chefs d'Etats africains lors de la présidentielle de 2007", accuse-t-il. Il "a refait un deal avec Omar Bongo, qui lui aurait donné - dit-on - 1 milliard de francs CFA", a encore assuré Jean-François Probst, grand habitué, comme Robert Bourgi, des capitales africaines.

Reste que ces financements occultes, "s’ils existent toujours, ne se présentent plus de la même manière", analyse Frédéric Lejeal. "Les lois passées dans les années 1990 pour assainir le financement des partis politiques ont bien changé la donne, poursuit-il. Si ces fonds occultes existent toujours, ils utilisent aujourd’hui des mécanismes beaucoup plus subtils avec des comptes off-shore, des méthodes sur lesquelles, il est très difficile d’enquêter".

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Une commission rogatoire envoyée à Dakar contre Cellou Dalein Diallo

Une commission rogatoire envoyée à Dakar contre Cellou Dalein Diallo

Médias : Diagna Ndiaye réclame 500 millions F CFA à Jeune Afrique

Médias : Diagna Ndiaye réclame 500 millions F CFA à Jeune Afrique

Tabaski : Pour acheter une perruque, elle vole les bijoux en or de sa mère

Tabaski : Pour acheter une perruque, elle vole les bijoux en or de sa mère

Dette fiscale des médias : RSF appelle à la réforme des aides publiques

Dette fiscale des médias : RSF appelle à la réforme des aides publiques

Ligue 1 : Lamine Camara désigné pépite de la saison

Ligue 1 : Lamine Camara désigné "pépite de la saison"

Sucre, riz, huile, pain... : voici les nouveaux prix !

Sucre, riz, huile, pain... : voici les nouveaux prix !

Le nombre de déplacés de force dans le monde atteint le chiffre record

Le nombre de déplacés de force dans le monde atteint le chiffre record

Jeune tué à Modène : deux autres suspects arrêtés !

Jeune tué à Modène : deux autres suspects arrêtés !

Economie : une bonne nouvelle de la Banque mondiale pour  Diomaye

Economie : une bonne nouvelle de la Banque mondiale pour Diomaye

ADVERTISEMENT