Le droit de manifester est-il menacé au Sénégal ? [Opinion]

Sur une trentaine de déclarations de manifestation auprès de l’autorité administrative, au moins 25 seraient interdites.

Des manifestant devant le palais de justice de Dakar lors des émeutes de mars 2021 au Sénégal.

Le droit de manifester est-il menacé au Sénégal ? À cette question, l’ONG Amnesty International répond par l’affirmative. En visite dans le pays, sa secrétaire générale, Agnès Callamard, a en effet tiré la sonnette d’alarme le 28 octobre, après s’être entretenue avec le Premier ministre, Amadou Ba, avec le ministre de la Justice, Ismaïla Madior Fall, et avec le ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Diome. Elle estime que le Sénégal s’achemine vers « un régime d’autorisation des manifestations », alors même que les rassemblements politiques sont « primordiaux dans un contexte électoral », le prochain scrutin présidentiel devant avoir lieu en février 2024.

La mauvaise foi de Ismaila Madior Fall

Apportant la réplique à la déclaration de Mme Callamard, le Garde des Sceaux affirme que le Sénégal n’a jamais manqué au respect de ces principes comme le démontrent les statistiques relatives à l’exercice des libertés publiques des quatre dernières années avec les pourcentages d’interdiction de manifestation sur la voie publique et de réunions publiques.

Pour étayer son argumentaire, Ismaila Madior Fall souligne dans un communiqué publié par ses services que « sur les 4828 déclarations reçues, 108 sont interdites, soit, 2,24% en 2018 ; sur 5535 déclarations, 75 sont interdites, soit 1,36% en 2019 ; sur 2516 déclarations, seules 79 sont interdites, soit 4,33% en 2020 dont la hausse était liée aux mesures restrictives, prises par l’autorité dans le cadre de la proclamation de l’état d’urgence le 30 mars 2020 dans le cadre de la lutte contre la pandémie de COVID-19, telles que l’interdiction des réunions et des rassemblements dans certains lieux publics jusqu’au 05 janvier 2021. Au cours de cette dernière année, 45 interdictions, soit 1,95% sur les 6256 déclarations reçues ».

Les chiffres du ministre de la Justice sur les pourcentages de manifestations autorisées et interdites sont probablement vrais. Mais, ils sont trompeurs et teintés d’une mauvaise foi qui frise le manque de respect. Le garde des Sceaux choisit sciemment d’expliquer la nature des rassemblements qui sont souvent autorisés. Il s’agit en effet de rassemblements qui n’ont souvent rien à voir avec la politique et les combats de la Société civile. Pour la plupart, ce sont des fêtes familiales (baptêmes, mariages etc.), des activités religieuses (Thiant, Gamou Magal, Ziarra…), des activités récréatives organisées par des tiers ou associations de quartiers, villes, communes, départements etc. Il y en a des milliers chaque année sur le territoire sénégalais.

ADVERTISEMENT

Un ratio sur les manifestations politiques ou de la société civile interdites et autorisées par le régime en place ces dernières années édifieraient l’opinion sur la violation des libertés au Sénégal. Sur une trentaine de déclarations de manifestation auprès de l’autorité administrative, au moins 25 seraient interdites, si l’on fait le décompte.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

C'est la France qui a lancé un mandat d'arrêt international contre Gabrielle Kane

C'est la France qui a lancé un mandat d'arrêt international contre Gabrielle Kane

Véhicules de la Présidence volés : Nafissatou Diouf blanchie

Véhicules de la Présidence "volés" : Nafissatou Diouf blanchie

Baisse des prix : le gouvernement  rend publiques ses mesures jeudi 13 juin

Baisse des prix : le gouvernement rend publiques ses mesures jeudi 13 juin

Président Diomaye procède à de nouvelles nominations

Président Diomaye procède à de nouvelles nominations

Les comptes de Walfadjri (aussi)  bloqués

Les comptes de Walfadjri (aussi) bloqués

Séquestration de Paul Pogba : le parquet demande un procès pour son frère Mathias

Séquestration de Paul Pogba : le parquet demande un procès pour son frère Mathias

Dépression du vagin :  une vulvodynie méconnue des femmes

Dépression du vagin : une vulvodynie méconnue des femmes

Touba : un employé d'une école, abuse d'une fille de 9 ans

Touba : un employé d'une école, abuse d'une fille de 9 ans

Marseille : Iliman Ndiaye reste, Ismaïla Sarr sur le départ

Marseille : Iliman Ndiaye reste, Ismaïla Sarr sur le départ

ADVERTISEMENT