PS-PDS : deux mondes qui s’effondrent

UPS-PS de Mame Senghor. PDS de Mame Wade ! Deux partis du 20e siècle, dépassés et déphasés, en cahot et en déclin !

Aminata Mbengue Ndiaye (PS) et Abdoulaye Wade (PDS)

C’est la fin de l’Histoire ! Le monde socialiste et le monde libéral s’effondrent. L’écroulement est irréversible. Les Socialistes croyaient être le Sénégal. Les libéraux s’estimaient détenteurs de la vie et de la mort de chacun et de tous. Aujourd’hui, la vérité historique assène sa souveraineté. Les deux partis vivent différemment mais tragiquement une période d’expiation politique. Ils ont perdus et ils se perdent.

Leur perte du pouvoir est une Chute du Mur de Berlin. Mais contrairement l’Allemagne, ces familles politiques ne se retrouvent pas. Elles se disséminent et s’effritent. La dislocation de l’UPS-PS et du PDS est identifiable à la décomposition du bloc soviétique. Fukuyama, politologue américain, constatait que la Chute du Mur de Berlin marquait la victoire de la démocratie et du libéralisme authentique. Au Sénégal, aucun mur n’est tombé. Mais c’est un vieux régime socialiste amorphe qui s’est écroulé en 2000 et un régime libéral qui s’est effondré 12 ans après.

PS : entre Gagnants et Tocards

C’est en mars 1996 que le PS a été atteint du virus de la déconfiture politique qui consacrait le début de sa fin. Le PS est agonisant. L’appareil PS est, rouillé, s’effondre et vit la fin de son Histoire par une guerre de survie entre des Tocards qui ne gagnent pas et des Gagnants, élus locaux, qui refusent aux Tocards une fugue dans un Macky qui la nourrit.

PDS : le Roi radote

ADVERTISEMENT

Le PDS n’a jamais été. Seul Wade a existé. Le parti a été Lui, et fut Sa propriété. A la retraite politique malgré le papotage, son âge lui impose un éloignement définitif. C’en est ainsi fini pour le PDS qui sanglote, sanglote et sanglote. Parti bâtisseur, il est aujourd’hui mort, subissant des cassures irréversibles. C’est la Fin de l’Histoire. La perte du Pouvoir, l’échec de la dévolution monarchique de l’Etat et du parti au fils du père fondateur, l’absence de leader alternatif crédible et charismatique a mis le PDS dans un état de nécrose et d’apoptose qui a bouleversé son système immunitaire, provoquant défections et naissance de mouvements disperses.

De Versailles, le Papi radote. Et le PDS continue sa décadence mortelle et irréversible comme un monstre qui agonise. Comme l’UPS-PS, le PDS est mort ! Les deux partis sont dans un état d’arrêt cardio-circulatoire. Malgré les tentatives de réanimation cardio-pulmonaire appelées démarches de réconciliation par les Sages de l’UPS-PS et appel à l’unité par les Vétérans libéraux, les deux partis s’effondrent et vivent une fin de l’histoire. Ils sont ankylosés.

La souveraineté de la vérité, l’urgence d’un renouvellement du personnel politique, le démasquage des pirates chasseurs de trésors financiers et les exigences du temps rendent l’UPS-PS et le PDS incapables de redevenir ce qu’ils furent à cause de ce qu’ils firent.

Ils sont presque tous morts, incapables de résister à la géopolitique nouvelle, d’incarner des valeurs novatrices en créant une dynamique de reconquête d’un Pouvoir qui est respectivement tombé de leurs mains. Ils sont encore des cadavres politiques qui refusent de mourir. Mais ils sont à terre !

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT