Elle étrangle son bébé et se rend à l’état civil pour obtenir un certificat d’inhumation

Ndèye Ngoné Wade encourt cinq ans de réclusion criminelle, si la juge de la Chambre criminelle du tribunal de Pikine-Guédiawaye suit le réquisitoire du parquet. Jugée pour infanticide, elle avait étranglé son bébé de sexe féminin, deux jours après sa naissance.

Image d'illustration

Deux jours après la naissance de son bébé de sexe féminin, Ndèye Ngoné Wade lui ôte la vie. Âgée de 32 ans au moment des faits, cette mère de deux enfants a étranglé son nourrisson jusqu’à lui occasionner une fracture et une luxation, relate le journal Enquête. D’ailleurs, le certificat de genre de mort parle de traumatisme intervenu dans un contexte d’étranglement.

Avec le cadavre de sa fille dans ses bras, elle se rend à la mairie de Keur Massar pour demander à l’officier d’état civil un certificat d'inhumation pour procéder à son enterrement. Mais l’officier, qui avait remarqué des anomalies dans le comportement de la dame, alerte les policiers qui ont vite procédé à son arrestation. Entendue, elle reconnaît avoir tué son enfant.

Toutefois, elle tente de justifier son crime en évoquant la honte qui l’animait d’être tombée enceinte et d’être rejetée par l’auteur de sa grossesse. ‘’J’étais perdue. Déjà, mes aînés, qui sont de pères différents, n’arrêtaient pas de demander après leurs géniteurs’’, avait-elle confié aux policiers. Des allégations qu’elle a réitérées devant le magistrat instructeur.

Face aux juges de la Chambre criminelle du tribunal de Pikine-Guédiawaye, Ndèye Ngoné Wade reconnaît le crime d’infanticide qu’on lui reproche. Placée sous mandat de dépôt depuis 2019, elle soutient qu’elle voulait garder son bébé. ‘’J'ai fait mes visites prénatales. Je regrette ce que j'ai fait’’, a-t-elle timidement soutenu.

Le maître des poursuites, qui est convaincu de la culpabilité de l’accusée, a requis cinq ans de réclusion criminelle.

ADVERTISEMENT

De son côté, l’avocate de la défense a plaidé la clémence du tribunal. Le verdict sera prononcé le 1er mars 2023.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Agression de MNF: une autre journaliste alerte sur sa sécurité

Agression de MNF: une autre journaliste alerte sur sa sécurité

Kaolack : un corps sans vie découvert dans un puits !

Kaolack : un corps sans vie découvert dans un puits !

Le Kenya et Haïti signent un accord pour l'envoi de policiers dans l'île

Le Kenya et Haïti signent un accord pour l'envoi de policiers dans l'île

Haïti : Port-au-Prince subit la violence des gangs !

Haïti : Port-au-Prince subit la violence des gangs !

Tribunal de Commerce de Dakar : les contentieux en chiffres !

Tribunal de Commerce de Dakar : les contentieux en chiffres !

Naufrage à Saint-Louis : des migrants étaient attachés dans la pirogue

Naufrage à Saint-Louis : des migrants étaient attachés dans la pirogue

Chavirement d’une pirogue à Saint-Louis : six individus arrêtés

Chavirement d’une pirogue à Saint-Louis : six individus arrêtés

Agression de MNF: les acteurs de la presse s'insurgent et appellent à la mobilisation

Agression de MNF: les acteurs de la presse s'insurgent et appellent à la mobilisation

Sénégal : plus de 800 personnes atteintes de maladies rares !

Sénégal : plus de 800 personnes atteintes de maladies rares !

ADVERTISEMENT