Elle jette les deux nourrissons de sa fille dans la forêt

Le drame a eu lieu à Mbour : une grand-mère s'est débarrassée des deux bébés de sa fille de 19 ans en les jetant dans la forêt entre Fatick, Kaolack et Dakar.

Image d'illustration

Une rocambolesque affaire d'infanticide secoue Mbour, situé à 70 km de Dakar. Et on ne sait pas vraiment si les enfants de Ndèye Guèye, un garçon et une fille, sont vivants ou morts. Leur grand-mère a tout simplement décidé de s’en débarrasser en les jetant dans la nature.

La première fois, la jeune fille, âgée de 19 ans, avait contracté une grossesse d'un jeune homme du même âge qui deviendra son mari. Cette première grossesse date d’octobre 2021 et, dit-elle, serait issue d'un viol : "Ibrahima m’avait violée. Il m’avait forcée à coucher avec lui." a révélé Nd. Guèye.

Devant la barre, la jeune femme a raconté les circonstances du drame : "C’est ma maman qui m’a dit de l’accompagner. Une fois dans la brousse, entre Fatick et Kaolack, elle m’a accouchée et a proposé que nous y laissions l’enfant. Quand il a pleuré, j’ai même voulu retourner le prendre mais ma mère m’en a empêchée". Invitée à se prononcer sur cette ignominie, la maman de cette fille, Aïssata Ndoye, répond qu’elle avait des problèmes d’argent.

Les prévenues Aïssatou Ndoye et sa fille, ont récidivé à la deuxième grossesse de Ndèye Guèye, devenue l’épouse de Ibrahima Diouf qu’elle dit toujours aimer. Celui-là même qui a porté l’affaire devant la justice. Le 2e enfant a été lui aussi jeté « quelque part vers Dakar », selon des témoignages. Un garçon et une fille ainsi supprimés !

« C’est une histoire pathétique, sadique, inhumaine. Même les animaux prennent soin de leur progéniture. C’est un plan funeste d’élimination, de suppression d’enfants de la part de la prévenue Aïssatou Ndoye qui a laissé les enfants de sa fille au milieu de la nature. Si ses parents avaient agi de la sorte, Aïssatou Ndoye n’aurait pas donné naissance à sa fille dont elle a supprimé les enfants. Je n’arrive pas à comprendre son comportement », s’émeut le procureur, qui a requis 3 ans de prison ferme pour Aïssatou Ndoye et 2 ans dont six mois ferme pour sa fille Ndèye Guèye, mère des enfants.

ADVERTISEMENT

L’affaire a été mise en délibéré pour être jugée le 8 novembre prochain.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT