Fille égorgée par son petit ami : le film d’un crime passionnel

K. Ndiaye, qui devait passer l'examen du Bac en 2024 a été égorgée par son petit ami qui n'a pas digéré la rupture. La famille de la défunte élève domiciliée à Keur Mbaye retrace le film de ce crime passionnel.

Meurtre

D'après le récit de Moussa Ndiaye oncle maternel de la défunte, repris par L'OBS, il a trouvé sa nièce sur le tas de sable posé devant la maison qui fait face au domicile familial, la gorge tranchée et le sang giclant comme un robinet. « Khady Ndiaye était toute seule au rez-de-chaussée, quand elle a reçu la visite de son ex-petit-ami avec qui elle avait rompu », confie-t-il.

Khoudia Ndiaye, sœur aînée de la victime, se remémore clairement le jour tragique. Elle mentionne avoir reçu, vers 18H, un coup de téléphone de sa demi-sœur plus jeune qui pleurait au bout du fil. « Khoudia, Khady a été poignardée par Papa moto qui a fui ». La femme ajoute avoir perdu ses esprits avant de le retrouver en recevant un autre appel, celui du suspect : « Boy Khady a été poignardée. Je me trouve devant votre maison. Ta sœur vient de sortir en courant et est passée devant moi sans me voir », lui dit-il.

L’ex-petit ami de la défunte aurait ajouté : « Son sang coule abondamment. Il faut venir vite. Elle est tombée par terre avant de se relever pour enfin me voir et retomber. Viens vite ! » . Et la sœur de la défunte de supplier l’ex petit ami de de tout faire pour sauver sa soeur qui avait récemment mis fin à leur idylle. Mais ce dernier retorqua : « L’état de ses blessures fait qu’il est impossible qu’elle survive. Je n’ai plus d’espoir, Rappelle-moi quand tu seras à la maison. L’ambulance et la police sont déjà là, je les vois assis sur ma moto. Je dois quitter les lieux ».

L’Observateur renseigne que les tentatives pour joindre plus tard l’ex petit ami sont restées vaines et l’adresse qu’il avait communiqué à la famille de la victime notamment Mbao était fausse. Effondrée la sœur de la victime déclare : « Même après que j’ai été mariée et que j’ai rejoint mon mari au domicile conjugal, nous continuions de converser régulièrement et n’avions pas de sujet tabou. Ma petite-sœur avec qui j’étais dans la même classe avant d’avoir mon premier enfant l’an dernier, me faisait très confiance. Un jour, elle est venue chez moi pour me confier, émue, qu’ « elle n’aura pas le courage de continuer l’école sans moi ».

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Macky Sall persiste et signe : 'le 2 avril, c'est fini pour moi'

Macky Sall persiste et signe : 'le 2 avril, c'est fini pour moi'

CCIAD : suivez en direct le dialogue national

CCIAD : suivez en direct le dialogue national

Le témoignage poignant du détenu (politique) 'Cheikh Bi'

Le témoignage poignant du détenu (politique) 'Cheikh Bi'

Nécrologie: Prince Fadiga, le jeune 'marié' à 16 ans n'est plus

Nécrologie: Prince Fadiga, le jeune 'marié' à 16 ans n'est plus

'Dimanche non électoral' : ce qu'ont déposé les 16 candidats au C.C

'Dimanche non électoral' : ce qu'ont déposé les 16 candidats au C.C

Nigeria : l'armée nigériane dément une tentative de coup d'Etat contre le président Bola Tinubu

Nigeria : l'armée nigériane dément une tentative de coup d'Etat contre le président Bola Tinubu

Un bébé se fait 'décapiter' sous les yeux de son père

Un bébé se fait 'décapiter' sous les yeux de son père

Dialogue : Idrissa Seck (aussi) décline l'invitation de Macky Sall

Dialogue : Idrissa Seck (aussi) décline l'invitation de Macky Sall

Angleterre : un migrant sénégalais condamné à 9 ans

Angleterre : un migrant sénégalais condamné à 9 ans

ADVERTISEMENT