Forte canicule dans les prochains jours, risque de décès d’enfants et du 3e âge

Alerte canicule. Alors qu’un épisode de chaleur s’abat sur le pays et dans le monde, des gériatres ou séniors et des enfants s'exposent à des risques de déshydratation extrême entrainant des décès.

Ramadan forte canicule

La chaleur va prédominer dans les jours à venir à Dakar à moins qu’il y ait des manifestations pluvio-orageuses, a indiqué, lundi, Mor Kébé, ingénieur prévisionniste à l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM).

Le monde a connu début juillet la semaine la plus chaude jamais mesurée, a annoncé l'organisation météorologique de l'ONU, après que plusieurs records de températures journalières ont été battus. C'est un événement sans précédent, aux effets « dévastateurs » pour toutes les échelles du vivant.

Jeudi 6 juillet a été la journée la plus chaude

Selon Copernicus, jeudi 6 juillet a été la journée la plus chaude, avec 17,08°C de température moyenne, mais avec une marge peu significative pour les scientifiques de 0,02°C et 0,01°C sur celle du mercredi et du vendredi. Cette série de températures inédites avaient été entamées le 3 juillet (16,88°C), battant le précédent record de 16,80°C datant d'août 2016, l'année la plus chaude jamais mesurée par Copernicus, dont les données remontent jusqu'à 1940, alors que l'intensité d'El Niño était forte.

Au Sénégal, l'Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) a annoncé une vague de forte chaleur dans les jours à venir. ‘’Les seuls facteurs pouvant faire baisser les températures pendant cette période du mois de juillet sont la pluie et la couverture nuageuse. Et il se trouve que depuis le début de l’hivernage 2023, il n’a plu qu’une seule fois à Dakar’’, a dit M. Kébé dans un entretien accordé à l’APS.

ADVERTISEMENT

Il a expliqué que cette canicule constatée actuellement à Dakar était liée à cette période du mois de juillet, "un des mois les plus chauds" du point de vue de la climatologie.

’Au cours ce mois, a-t-il souligné, les températures fluctuent souvent dans cette région autour de 31°C en général’’. A ces températures plus ou moins élevées, a-t-il ajouté, il y a la présence d’humidité dans l’atmosphère de la région de Dakar. Une situation qui contribue à accentuer la sensation de chaleur, a-t-il poursuivi, expliquant qu’une température de 25°C dans l’air humide est plus chaude qu’une température de 35°C dans l’air sec car l’évapotranspiration cutanée devient très difficile quand l’air est humide.

‘’De plus, à l’échelle planétaire, a-t-il signalé, nous assistons à l’installation du phénomène d’El Nino sur le pacifique tropical’’. Il a expliqué qu’El Nino est un phénomène naturel qui se produit en moyenne tous les deux à sept ans avec une durée de vie de 9 à 12 mois et se manifeste par le réchauffement de l’Océan Pacifique. ‘’L’apparition de ce phénomène naturel peut aussi avoir un risque fort d’amplifier le réchauffement climatique planétaire’’, a-t-il encore soutenu.

Par ailleurs a-t-il indiqué, à l’échelle planétaire, on assiste à une augmentation de la chaleur d’année en année. ‘’La comparaison des normales climatologiques a montré que les températures ont connu une hausse de plus de 1°C par rapport à l’époque préindustrielle’’, a-t-il souligné, évoquant une des conséquences des changements climatiques caractérisés par le réchauffement planétaire.

De nouveaux records dans les prochains mois ?

Les tristes records pourraient être de nouveau atteints au cours des prochains mois. En cause, le phénomène météorologique El Niño, qui se poursuivra toute l’année une intensité qui devrait être « au moins modérée », comme l’indiquait l’Onu mardi 4 juillet 2023. Pour rappel, ce phénomène se produit environ tous les deux à sept ans, et à une durée généralement comprise entre neuf et douze mois.

la canicule est un phénomène meurtrier, en particulier pour les personnes âgées. Les canicules restent un phénomène grave pour les populations les plus fragiles comme les personnes âgées.

33 000 décès attribuables à la chaleur depuis 2014

Les chercheurs de plusieurs instituts de santé européens estiment que plus de 61 600 décès recensés dans 35 pays européens entre la fin mai et le début septembre 2022, lors de l'été le plus chaud en Europe jamais enregistré, sont attribuables à la chaleur.

La chaleur extrême peut provoquer la mort par hyperthermie ou aggraver des affections cardiovasculaires ou respiratoires, les personnes âgées étant les plus vulnérables.

Les pays méditerranéens les plus touchés

Les chercheurs ont utilisé des modèles épidémiologiques pour analyser l'excès de mortalité toutes causes confondues et en déduire le nombre de décès directement liés à la chaleur. Dans un rapport publié le 23 juin dernier, Santé Publique France a estimé que près de 33 000 décès enregistrés en France entre le 1er juin et le 15 septembre des années 2014 à 2022 étaient attribuables à la chaleur, dont 23 000 décès de personnes âgées de 75 ans et plus.

Les pays méditerranéens - Grèce, Italie, Portugal, Espagne - affichent le plus fort taux de mortalité, rapporté à la taille de la population.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT