Il n'y aura plus de football et de politique à Touba

Le Khalife des Mourides Serigne Mountakha a corsé les interdictions à Touba. Le football et la politique y sont bannis.

Serigne Mouhamadou Mountakha Mbacké, à Dakar le 29 mai 2022

La politique et le football sont désormais formellement interdits dans la cité religieuse. Pour faire appliquer ces nouvelles interdictions, le khalife général des mourides, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké a encore fait confiance aux Baye-Fall pour veiller sur la sacralité de la cité religieuse de Touba.

Les derrières échauffourées entre des Baye-Fall, chargés de veiller à la sacralité de Touba, et des habitants de la Cité religieuse, ont poussé le guide des Mourides à rencontrer la famille de Mame Cheikh Ibrahima Fall. En retraite spirituelle depuis quelques jours, le Khalife général Serigne Mountakha Bassirou Mbacké a, en effet, rencontré les Baye-Fall, au cours d'un conclave tenu loin des caméras.

Des sources proches du Khalife estiment que la rencontre a tourné autour des dernières bisbilles avec la famille Serigne Diéry Sougou Wadane et la redéfinition des interdits dans le périmètre de la cité de Touba. Le point de départ a été de bien redéfinir les interdictions de Touba, les mêmes définis par Serigne Abdou Lahad Mbacké, le 18 septembre 1980 et alors co-signés par ses jeunes frères Serigne Abdou Khadre, Serigne Saliou, Serigne Souhaibou et Serigne Mourtada.

Les interdits tournent autour de cinq (5) points. Il y a, comme noté dans ce document, la vente et consommation de boissons alcoolisées et livresse (public et clandestin), la vente, la détention et l'usage de drogues, notamment yamba (public et clandestin), les jeux de hasard et loteries, les vols et recels.

Enfin, le cinquième point visait les tam-tams, la musique, la danse et les manifestations folkloriques. Et, enfin, tout ce qui, en dehors de ces faits, est, également, contraire aux principes de l'Islam. Toutes ces activités interdites ont été réitérées par Serigne Mountakha Mbacké.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT