Charlatanisme

Pour, dit-elle, récupérer son ex, elle a bu le sang de ses menstrues pendant sept jours

Sur instruction de son marabout-féticheur, Nd. M. Dieng a utilisé le sang de ses menstrues en guise de boisson pendant une semaine pour récupérer « l'homme de sa vie » qui lui aurait été chipé par une rivale.

Pratiques-mystiques

Ce n'est pas de la fiction. C'est une histoire bien réelle et cela s'est passé sur la Petite Côte plus précisément au quartier Thiocé de Mbour. Agée de 45 ans et mère de quatre (04) enfants, Ndèye Maty Dieng, divorcée aujourd’hui, n’a pas hésité une seule fois, et sur instruction d’un charlatan, à boire pendant une semaine le sang provenant de ses menstrues. C'est ce que raconte le journal L'Observateur dans un dossier de deux pages consacré au charlatanisme.

Ce, juste pour épouser "l’homme de sa vie" qui, selon elle, l’avait humiliée en l’abandonnant après des années de relations amoureuses. Pour ensuite se marier avec sa voisine de quartier. « J’étais presque devenue la risée de tout le quartier Thiocé de Mbour. L’homme avec qui j’ai entretenu pendant des années une relation amoureuse dénuée de tout intérêt, m’a subitement tourné le dos pour épouser une jeune fille de mon quartier. Alors qu’il m’avait déjà promis le mariage. Grande a été ma déception. Je suis littéralement tombée des nues », se souvient Ndèye Maty Dieng, dans les colonnes du journal.

Désenchantée, le cœur en lambeaux, la jeune dame, la rancune en travers de la gorge, a décidé de prendre sa revanche sur le couple. « Une amie m’a mis en rapport avec un marabout originaire de la Gambie. Après une séance de voyance, il m’a promis que je reconquerrai mon homme, mais au prix d’un sacrifice suprême : Boire le sang de mes menstrues. J’étais dégoutée et dubitative au début, mais quand j’ai songé à la trahison de mon homme, j’ai accepté puisque d’après le marabout, c’était la seule solution pour le récupérer. Le marabout m’a remis des bains mystiques et des gris-gris. Mais également des potions mystiques que je devais mélanger avec du sang provenant de mes menstrues. A charge pour moi de boire cette décoction pendant sept jours », relate Ndèye Maty.

Le sacrifice ne tardera pas à porter ses fruits. Après 17 jours seulement de mariage, l’ex-copain qui est un cadre dans une grande entreprise de la place, va divorcer de son épouse pour s'engager avec son ex, Ndèye Maty. « Il fallait bien le faire. Car, il s’agissait pour moi d’une question de vie ou de mort. Entre cette jeune fille et moi, la guerre mystique a été rude et finalement, j’en suis sortie victorieuse. Les pratiques mystiques sont bien une réalité sous nos cieux. Et moi j’y crois fermement. »

Aujourd’hui, dix années après, de l’eau a coulé sous les ponts. L’union de Ndèye Maty couronnée par quatre enfants, s’est soldée par un divorce. Mais Ndèye Maty ne regrette rien. Elle a eu sa revanche et eu des enfants avec l’homme et donc une pension alimentaire conséquente. « Aujourd’hui, il est en couple avec une de ses collègues de service. Cela ne me dérange nullement vu que moi, j’ai déjà soldé mon compte en me vengeant de ma voisine de quartier qui, non plus, n’est plus mariée avec lui. Elle voulait détruire ma vie, je lui ai rendu la monnaie. Aujourd’hui, on est quitte », renchérit Ndèye Maty d'un ton revanchard.

ADVERTISEMENT

Elle vit aujourd’hui avec ses enfants au domicile de son grand frère au quartier Thiocé de Mbour.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT