Près de 2% des ménages sénégalais n'ont assuré qu'un seul repas/jour

Face à l'inflation des prix, 1,7% des familles sénégalaises n'assure un seul repas par jour au deuxième trimestre, selon la note de conjoncture de la DPEE de septembre 2023.

Repas (Ceebu Jeen)

La hausse des prix affecte les ménages sénégalais. L’inflation demeure le principal choc subi par les ménages (98,8%). Au deuxième trimestre 2023, les prix à la consommation ont enregistré une légère hausse de 0,6%, en variation trimestrielle.

Et selon la note de la DPEE de septembre 2023, plus de la moitié des familles enquêtées (68,9%) assurent trois repas par jour au deuxième trimestre 2023 contre 49,5% au trimestre précédent ; soit une hausse de 19,4 points en variation trimestrielle. Ceux qui assurent deux repas par jour représentent 29,4% des enquêtés, contre 1,7% qui n’ont qu’un repas par jour.

Concernant la situation financière des ménages, les soldes correspondants à leur capacité d’épargne actuelle et future se sont respectivement dégradés de 1,0 et 2,9 points en rythme trimestriel, au deuxième trimestre 2023. Ils se sont situés, respectivement, au-dessus et au-dessous de leurs moyennes de long terme. Pour sa part, le solde d’opinion relatif à l’opportunité de faire des achats importants s’est, également, réduit de 12,3 points sur la période.

Toutefois, il est ressorti au-dessus de sa moyenne de longue période. S’agissant de la situation économique du pays, les ménages ont été pessimistes au deuxième trimestre 2023. Les soldes correspondants à leur niveau de vie présente et futur ont respectivement diminué de 14,0 et 18,8 points, en variation trimestrielle, et demeurent toujours au-dessous de leurs moyennes de long terme.

En plus, les craintes des ménages sur une éventuelle hausse du chômage se sont accentuées de 1,7 point entre les deux premiers trimestres 73 78 83 88 93 98 103 108 113 118 44 de 2023. Le solde correspondant est ressorti à 29,4% et se situe au-dessus de son niveau de longue période.

ADVERTISEMENT

L’enquête de conjoncture sociale a fait également ressortir les résultats suivants : La plupart des ménages de Dakar ont accès à l’eau potable (99,8%) et à l’électricité (99,4%). L’assainissement est resté modérément accessible (17,3% des ménages). Le taux moyen de scolarisation des enfants de plus de six ans à Dakar s’établit à 95,1% (96,0% dans les familles moyennes contre 93,3% dans les grandes familles).

En outre, 34,4% des ménages ont déploré les coupures d’électricité, 2,1% ont relevé l’incapacité du principal soutien de famille et 1,5% ont été affectés par les inondations. Par ailleurs, les pertes d’emploi restent un problème pour 0,8% des enquêtés. Au deuxième trimestre 2023, la confiance des ménages s’est dégradée de 16,9 points par rapport au trimestre précédent.

L’indicateur synthétique s’est établi à 79,4 et est resté au-dessous de sa moyenne de long terme. Les opinions des ménages sur leur situation financière et sur la situation économique du pays ont été globalement défavorables par rapport au premier trimestre 2023. La proportion de ménages ayant des enfants de moins de 18 ans qui travaillent se situe à 2,3% (1,7% pour les familles moyennes contre 6,0% dans les grandes familles).

En outre, 0,5% des familles moyennes comptent des enfants confiés contre 3,0% pour les grandes familles, portant la proportion globale de ménages ayant des enfants confiés à 0,8%.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT