Sénégal : 10 mille personnes souffrent d’albinisme

L'ONU a fait du 13 juin la journée mondiale de sensibilisation à l'albinisme. Une occasion qui a permis aux personnes atteintes d’albinisme de revenir sur les préjugés et les discriminations.

albinisme

La prévalence de l’albinisme varie dans le monde. En Europe et en Amérique du Nord, une personne sur 20 000 souffre de cette maladie. Les estimations oscillent entre 1 cas sur 5 000 et 1 cas sur 15 000 en Afrique subsaharienne, où cette condition est plus répandue, selon les chiffres des Nations Unies.

Selon Mouhamadou Bamba Diop, président de la Fondation des albinos du Sénégal et d’Afrique, par ailleurs président de l’Anas et directeur du Centre pour la promotion et la réinsertion nationale des albinos du Sénégal, « les personnes atteintes d’albinisme constituent la catégorie sociale la plus vulnérable et font face à des obstacles multiples qui les empêchent de jouir pleinement de leurs droits à la santé, à l’éducation et au travail. Elles sont reconnues comme des personnes handicapées du fait de leur déficience visuelle, laquelle peut aller de grave à modérée ».

Il ajoute repris par Le Quotidien : « En outre, elles sont confrontées à des formes multiples et croisées de discrimination liées au handicap et à la couleur, et sont souvent exclues des politiques publiques de santé et d’éducation. Il y a 10 500 albinos recensés dont 98% sont illettrés au Sénégal. Les personnes atteintes d’albinisme méritent que leurs droits à la vie et à la sécurité soient protégés, ainsi que le droit de ne pas être soumis à la torture et aux mauvais traitements tels que stipulés par l’Article 11 du Protocole à la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples relatif aux droits des personnes handicapées en Afrique. »

Parlant de discriminations, M. Diop va indiquer que les formes de discrimination auxquelles doivent faire face les personnes atteintes d’albinisme sont variables. Les personnes qui en sont atteintes subissent au quotidien les pires formes de discrimination et d’exclusion au Sénégal. Elles font souvent l’objet de croyances erronées et de mythes influencés par la superstition par rapport à leur apparence physique. Il en résulte une marginalisation et une exclusion sociale des personnes atteintes de cette maladie

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Macky Sall : Le 2 avril sera le terme de mon mandat à la tête du pays

Macky Sall : "Le 2 avril sera le terme de mon mandat à la tête du pays"

Macky Sall : 'je quitterai le pouvoir le 2 avril 2024'

Macky Sall : 'je quitterai le pouvoir le 2 avril 2024'

USA : en Alabama, les enbryons in vitro considérés comme des enfants à naître

USA : en Alabama, les enbryons in vitro considérés comme des enfants à naître

Suivez en direct l'entretien de la presse avec le Président Macky Sall

Suivez en direct l'entretien de la presse avec le Président Macky Sall

Diodio Glow Skin: la femme d'affaires livre les clés de sa réussite

Diodio Glow Skin: la femme d'affaires livre les clés de sa réussite

La journaliste Absa Hane porte plainte contre la police nationale

La journaliste Absa Hane porte plainte contre la police nationale

La RDC appelle à des sanctions contre le Rwanda

La RDC appelle à des sanctions contre le Rwanda

Ziguinchor : une technicienne de surface d'Auchan perd la vie dans un accident !

Ziguinchor : une technicienne de surface d'Auchan perd la vie dans un accident !

Cap Skirring : un couple franco-sénégalais tué

Cap Skirring : un couple franco-sénégalais tué

ADVERTISEMENT