Sénégal : nouvelle vague de lèpre

Le Sénégal n'a pas toujours éradiqué la lèpre.

Lèpre

Depuis 1995, le Sénégal a franchi le seuil de l’élimination de la lèpre qui est de moins d’un cas sur 10 000 habitants. Mais la maladie n'est pas éradiquée. Il y a une nouvelle vague de lèpre.

D’après le Dr Louis Hyacinthe Bizoubi, médecin épidémiologiste repris par Le Quotidien, le Sénégal compte aujourd’hui 154 cas de lèpre. «Sans avoir consolidé ces données avec celles du 4e trimestre de 2022, nous sommes à 154 nouveaux cas de lèpre au Sénégal», a révélé le coordonnateur du Programme national d’élimination de la lèpre au ministère de la Santé et de l’action sociale.

Il s'exprimait hier lors de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre la lèpre. Et les régions les plus touchées sont Dakar, Diourbel, Kaolack et Thiès, avec plus de 20 cas chacune.

Pour la région de Dakar, qui compte plus de cas de lèpre, c’est lié à la présence du Centre hospitalier de l’Ordre de Malte qui est un hôpital de référence dans la prise en charge de la lèpre. Et parmi les cas notés à Dakar, certains viennent de la banlieue (Guédiawaye, Pikine et Yeumbeul).

Mais, selon lui, la situation est toujours stable en 2023. «C’est en 2016 qu’on a eu des pics par rapport aux nouveaux cas enregistrés depuis l’élimination de la lèpre en 1995», a-t-il précisé.

ADVERTISEMENT

A l’en croire, ils œuvrent toujours dans la lutte contre cette maladie en mettant en place plusieurs stratégies avec les partenaires qui les accompagnent, comme la Dahw, la Fondation Raoul Follereau, l’université de Thiès, qui les aident sur des sujets de recherches, et l’Association des malades affectés par la lèpre.

«Une étude a été menée sur le dépistage actif associé à la chimio prophylaxie postposition pour les cas-contacts en ciblant les villages de reclassement qui étaient d’anciens foyers», a fait savoir le Dr Bizoubi.

D’ailleurs, c’est ce qui a permis de dépister de nouveaux cas. L’objectif, c’est de dépister précocement la maladie pour rompre la chaîne de contamination et réduire par la même occasion le nombre de mutilés. Car la lèpre est une maladie qu’on peut guérir, et sans séquelles si elle est diagnostiquée très tôt.

D’après le directeur du Centre hospitalier de l’Ordre de Malte, «les méthodes utilisées pour soigner cette maladie sont la tri-thérapie, qui donne des résultats très satisfaisants, parce qu’au-delà de trois ou quatre jours, le patient n’est plus contagieux. Les soins sont longs, au moins 6 mois pour les cas les plus sévères. Ce qui nous impose d’hospitaliser les patients dans la durée».

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Situation matrimoniale : confidences de femmes divorcées

Situation matrimoniale : confidences de femmes divorcées

Gaza : le bilan passe à 30 410 morts

Gaza : le bilan passe à 30 410 morts

Remplaçant au coup d’envoi, Boulaye Dia refuse d’entrer en jeu

Remplaçant au coup d’envoi, Boulaye Dia refuse d’entrer en jeu

Violences conjugales : le quotidien traumatisant des victimes (reportage)

Violences conjugales : le quotidien traumatisant des victimes (reportage)

Burkina Faso : « 170 personnes exécutées » dans des attaques de villages !

Burkina Faso : « 170 personnes exécutées » dans des attaques de villages !

Médina Yoro Foula : un enfant de deux ans périt dans un incendie, les récoltes consumées

Médina Yoro Foula : un enfant de deux ans périt dans un incendie, les récoltes consumées

Clédor Sène dément Farba Ngom

Clédor Sène dément Farba Ngom

Représentativité syndicale : Samba Sy refuse d’exécuter la décision de la Cour suprême

Représentativité syndicale : Samba Sy refuse d’exécuter la décision de la Cour suprême

Présidentielle après le 2 avril : l'UE met en garde Macky Sall

Présidentielle après le 2 avril : l'UE met en garde Macky Sall

ADVERTISEMENT