Son épouse le nomme responsable administratif, il détourne 50 millions FCFA

Le mari a été condamné pour avoir détourné les 50 millions FCFA de son épouse qui l'avait embauché comme responsable administratif dans sa société dénommée Batichime.

Tribunal de Dakar

C’est par amour qu’elle aurait recruter son mari dans sa société. Valerie Ngom, Directrice générale de la société Batichimie, a enrôlé son époux Boris comme responsable administratif.

Ce dernier avait le contrôle de tous les ventes et transactions de l’entreprise ainsi que la mainmise. Mais selon les accusations de Valerie Ngom, le père de ses deux enfants aurait abusé de sa confiance en usant de manœuvres frauduleuses pour détourner plus de 50 millions FCFA des recettes et ventes de l’entreprise.

Mieux, pour maquiller ses magouilles, narre L’OBSERVATEUR, son époux a utilisé un système informatique pour supprimer toute traçabilité.

C’est en 2019 que le mis en cause a été recruté par sa femme avant le nommer plus tard responsable administratif de l’entreprise moyennant un salaire mensuel de 900 mille FCFA.

Devant la barre du tribunal de Dakar hier, l’épouse a confié que son mari s’arrangeait à devenir l’administrateur officiel du logiciel Dropbox de l’entreprise.

ADVERTISEMENT

Ce qui lui donnait la possibilité d’avoir accès à tous les comptes des travailleurs de la société. Ainsi fait, il faisait des livraisons de marchandises et encaissait des chèques libellés en son nom.

Des chèques qui n’ont jamais été représentés dans les caisses de la société. Pis, il s’arrangeait les week-end et jours non ouvrables pour livrer des marchandises à des collaborateurs, à l’insu des autres.

Pour effacer toute traçabilité, il accédait au compte du comptable B. Diouf pour effacer toutes les traces et échapper à un probable audit fiscal.

Il a réussi son forfait jusqu’en 2021. Mais le comptable finit par le démasquer avant d’en informer la directrice générale.

Celle-ci va virer son mari et le « répudier » du domicile conjugal. Ensuite, elle enclenche la machine judiciaire. Poursuivi pour abus de confiance, escroquerie, accès et maintien à un système informatique…, Boris sera édifié sur son sort le 9 mars 2023.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT