Un serrurier, un policier et un gendarme cambriolaient des villas de luxe

La bande composée d'ouvriers, d’un policier nommé E. Ndecky et d'un gendarme auxiliaire, commettait plusieurs cambriolages dans plusieurs quartiers à Dakar.

Cambriolage

La Chambre criminelle de Dakar a vidé, hier, l’affaire de la série de cambriolages commis dans des quartiers huppés de Dakar. La bande est composée d’un serrurier, dont le Tribunal s’attachait les services, d’un gendarme auxiliaire et d’un policier, E. Ndecky.

Les mis en cause visaient les quartiers de Ouakam, des HLM Maristes et de la Médina. Ils sont entrés chez un Chinois et ont défoncé sa porte en emportant plus de 94 millions FCFA. Chez un autre, ils se sont emparés de 14 millions FCfa. Un cambriolage effectué par Serigne Cheikh Dia et Doumbouya alias Papis, présumé cerveau de la bande.

Ils profitaient de l’absence des propriétaires de villas de luxe, pour commettre des vols. Et parfois, ils attendaient l’heure de la grande prière du vendredi, pour s’introduire dans des magasins. Un mandat d’arrêt a été lancé contre le policier Ndecky condamné à 10 ans de réclusion. Et le gendarme auxiliaire Sagna a été arrêté peu après.

Les enquêtes menées par les gendarmes après avoir visionné les caméras de surveillance ont permis d’identifier les auteurs du vol, dont Serigne Ch. D et M. Doumbouya, rapporte Le Soleil. Le transport effectué dans le domicile de ce dernier a permis de saisir la somme de 4 millions de francs CFA entre les mains de la mère de l’accusé M. Doumbouya.

Cette dernière a fait savoir aux enquêteurs que son fils est allé se réfugier au Mali lorsqu’il a su qu’il était recherché. Cependant, les déclarations de sa fiancée nommée Bineta Ndiaye a expliqué que ce dernier était le serrurier assistant de Serigne Ch. D et que les deux travaillaient pour le compte du Palais de justice de Dakar où ils avaient d'ailleurs eu à voler des ordinateurs, des disques durs externes et divers objets.

ADVERTISEMENT

Elle a soutenu après avoir révélé que M. Doumbouya alias Papis l'avait battue et poussée du 4e étage d'un immeuble, lui causant ainsi deux mois de coma.

Durant sa convalescence, elle avait appris que des Chinois avaient été victimes de cambriolages commis par Mamadou Doumbouya alias Papis, Serigne Ch. D., l'agent de police, Evariste Nd. et le gendarme auxiliaire Pape A. F et S. Sagna. Elle a d'ailleurs identifié Doumbouya alias Papis, supportant le coffre-fort, et Serigne Ch. D., conduisant le scooter, sur les images de la caméra de surveillance qu’on lui avait montrées.

Elle a allégué que le sieur Doumbouya lui avait causé la perte d'un œil et une paralysie des membres et que sa plainte, déposée à la Brigade de recherches de Dakar, n'avait pas prospéré à cause des interventions du nommé Sagna auprès des gendarmes.

Devant la barre de la chambre criminelle de Dakar, Doumbouya a reconnu les faits tout en désignant les nommés Serigne Ch D, A Diakhaté, Saër M, Sidy, Modou salle des ventes, Papa A. F., Evariste Nd. et Pape A. F, S. Sagna comme étant ses acolytes dans plusieurs cambriolages.

Il a argué qu'ils avaient des outils spéciaux pour ouvrir les portes et que c'est Serigne Ch. D. qui planifiait les différentes tâches. En compagnie de Ndecki et Sagna les deux gendarmes, nous avons cambriolé une agence Wari en décembre 2017 vers 23 heures.

Le parquet a requis des peines allant de six mois à 10 ans de réclusion criminelle. Le jugement sera rendu le 4 juillet prochain.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT