Vente aux enchères des objets personnels de Sidy Lamine Niass

Se sentant lésé dans l'aide à la presse, Wal Fadjri engage une solution extrême: la vente aux enchères des biens de Sidy Lamine Niass.

walf

Alors que l’enveloppe destinée à l’aide à la presse a sensiblement gonflée, le montant alloué au groupe du Front de terre s’est considérablement amenuisé. Ainsi, de 70 millions en 2022, celui-ci est passé, en 2023, à 20 millions de FCFA. Une baisse drastique que la conjecture économique ne saurait expliquer, selon le groupe Walfdjri.

"Car, pendant qu’il est attribué 20 millions à Wal Fadjri, qui compte 5 supports depuis la naissance de WalfEdition, d’autres organes de presse, qui ne peuvent se targuer que d’un quotidien ou d’un site internet, ont touché près de 40 millions FCFA", fait remarquer le journal. La même source précise qu'au même moment, des centaines de millions ont été attribuées à des groupes de presse avec la même envergure que Wal Fadji, sans une maison d’édition.

Cette inégalité aussi "manifeste" que "scandaleuse" a suscité des interrogations au niveau de l’administration du groupe fondé par Sidy Lamine NIASS qui a cherché à en trouver une explication. Celle donnée par le ministère de la Communication, maître d’œuvre de ce "partage d’hyène", est tout simplement "ahurissante". En effet, selon les services du ministère dirigé par Me Moussa Bocar THIAM, c’est parce que le groupe Wal Fadjri a subi des sanctions que la somme qui lui a été attribuée en 2022 a été divisée presque par 4.

Pourtant, suivant les textes, il ne peut y avoir de pénalité qu’en cas de sanction du Conseil pour l’Observation des Règles d’Éthique et de Déontologie (CORED). Ce qui n’est pas le cas du groupe Wal Fadjri qui, contrairement à d’autres qui ont pourtant touché plus de 100 millions comme aide, n’a nullement été épinglé par le Tribunal des pairs, fait remarquer le journal.

Dans une lettre ouverte, le PDG du groupe Walfadjri annonce trois mesures notamment un point de presse, un sit-in mais aussi la mise aux enchères des objets appartenant au fondateur. « En effet, des biens de Sidy Lamine Niass (voiture, téléphone, ordre du mérite, distinctions, bureaux, exemplaires du Coran, etc.) seront proposés aux Sénégalais », confirme Cheikh Niass.

ADVERTISEMENT

Ainsi, le vendredi 27 octobre prochain, à travers un point de presse, prévu dans ses locaux, le Groupe Wal Fadjri va tenir l’opinion nationale et internationale de la forfaiture dont il est victime. Un sit-in est également prévu le dimanche 29 octobre devant ses locaux.

En plus d’exiger du Gouvernement une transparence l’incitant à publier la liste de tous les groupes et organes de presse ayant bénéficié de cette subvention appelée aide à la presse, le Groupe Wal Fadjri envisage de faire une vente aux enchères. En effet, des biens de Sidy Lamine NIASS (voiture, téléphone, ordre du mérite, distinctions, bureaux, exemplaires du Coran etc.) seront proposés aux Sénégalais.

Il s’agit là, selon le PDG de Walf, d’une solution extrême qu’impose la stratégie d’asphyxie mise en branle par un gouvernement aux abois qui n’a pas pour autant hésité à acquérir des biens de Senghor pour sauvegarder sa mémoire.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT