Vente d’armes au Sénégal : 'Petit Boubé', l’homme au cœur du scandale

Le marchand d’armes nigérien Aboubakar Hima alias "Petit Boubé" a décroché un nébuleux contrat d'armement avec le Sénégal d'un montant 45,3 milliards FCFA.

Moussa Aksar, journaliste d’investigation et directeur de l’hebdomadaire 'L’Evénement du Niger' aurait reçu des menaces de mort de la part de 'Petit Boubé'

L'Etat du Sénégal traite-t-il avec des trafiquants d'armes ? D'après les nouvelles enquêtes du Consortium international de journalistes d’investigation (OCCRP), le Nigérien Aboubakar Hima, accusé d’avoir détourné des millions de dollars sur un contrat de 240 millions de dollars dans des transactions d'armes corrompues dans son pays, a décroché un juteux contrat d'armement d'un montant de 45,3 milliards FCFA.

Selon l’enquête, c’est au début de cette année qu’une entité publique sénégalaise a signé un accord pour acheter pour 77 millions de dollars (soit 45,3 milliards F Cfa au cours d’alors du dollar) de fusils d'assaut, de pistolets semi-automatiques, de munitions et d'autres armes à une entreprise locale peu connue qui n'avait été créée que quelques mois plus tôt. Le contrat, lit-on dans l’enquête, était également inhabituel à d'autres égards. «L'agence qui a acheté les armes n'était pas l'armée, mais le ministère de l'Environnement. Pourtant, le contrat n'a jamais fait l'objet d'un appel d'offres et, une fois l'accord signé, il est resté silencieux, apparemment en raison de la loi sénégalaise sur la sécurité de la défense», explique-t-elle. Mais déjà, l'OCCRP, en partenariat avec le journal israélien Haaretz, a pris connaissance de l'affaire et a obtenu une copie du contrat.

Le fournisseur d'armes, Lavie Commercial Brokers, s'avère avoir été mis en place par le célèbre homme d'affaires Aboubakar Hima, soupçonné d'avoir détourné des millions de transactions d'armes gonflées au Nigeria et dans son pays d'origine, le Niger. Petit Boubé, est aussi accusé d'avoir vendu des armes à Alassane Ouattara. Mais il a démenti avoir vendu des armes à la Côte d’Ivoire. « Je n’ai jamais rien livré en Côte d’Ivoire, ni un papier, ni un crayon, aucun armement. Jamais. Et je n’ai pas non plus le projet d’en vendre ».

Hima, souvent connu sous le surnom de "Petit Boubé", n'est pas étranger à la polémique. Une bonne partie de sa richesse a été saisie par les autorités américaines et sud-africaines pour des transactions d'armes illicites, et il est recherché au Nigeria pour son rôle présumé dans la conclusion de transactions d'armes frauduleuses avec le gouvernement. Déjà en 2020, l'OCCRP a révélé qu'un audit du gouvernement nigérien avait révélé que Hima avait négocié des accords d'armes corrompus d'une valeur de 240 millions de dollars.

Conscient de sa propre notoriété, Hima a peut-être cherché à dissimuler son implication dans le contrat d'armement sénégalais. En effet, bien qu'il soit la seule personne nommée sur les documents d'enregistrement de Lavie Commercial Brokers, le contrat a été signé au nom de sa société par David Benzaquen, basé en Israël, Directeur général de la société. Benzaquen a fondé une société israélienne appelée Lavie Strategies, qui est autorisée à exporter des armes par le ministère israélien de la Défense.

Il est un ancien employé du marchand d'armes israélien Gabi Peretz, un ami proche du Président sénégalais Macky Sall. Peretz est connu pour fournir du matériel militaire aux pays d'Afrique de l'Ouest et du Centre.

À peu près au moment où la société Hima a obtenu le contrat sénégalais, Peretz a offert une ligne de crédit de 300 millions d'euros à l'armée sénégalaise, selon le média Africa Intelligence. Dans une réponse par e-mail aux questions, Peretz a déclaré qu'il n'avait eu aucun contact avec Hima depuis au moins 2015 et qu'il n'avait aucune connaissance de Lavie Commercial Brokers. Il a déclaré que Benzaquen n'avait pas travaillé pour lui depuis 2018 et «ne nous représente pas», et qu'il n'avait aucune connaissance du contrat de Lavie au Sénégal.

Le Ministère de l'Environnement a signé le contrat

Les experts se sont demandé si le ministère de l'Environnement est en mesure de signer un contrat d'armement aussi important et secret. "On peut se poser la question s'il est vraiment nécessaire [que les gardes forestiers aient des fusils d'assaut]", a déclaré le professeur Semou Ndiaye, consultant et chercheur en corruption et bonne gouvernance.

Un analyste expérimenté dans le secteur de la sécurité au Sénégal, qui a demandé à ne pas être nommé car il n'était pas autorisé à parler aux journalistes, a déclaré qu'il était «très peu probable» que le ministère de l'Environnement ait besoin de dépenser des dizaines de milliards de F Cfa pour des armes.

« Il y a eu récemment une augmentation des combats entre l'armée et les rebelles en Casamance, mais je n'ai pas connaissance d'incidents majeurs avec les gardes forestiers… Je ne pense pas qu'un si gros contrat devrait être signé par un seul ministère sans l'implication des forces de sécurité. Et le ministère de l'Environnement n'achète évidemment pas d'armes pour l'armée », a-t-il déclaré.

Selon l’enquête, les experts ont également déclaré qu'il était surprenant et problématique que le Sénégal signe un accord majeur sur les armes avec un revendeur reconnu coupable d'avoir fraudé d'autres gouvernements. « Aucun acheteur responsable, qu'il s'agisse d'une agence gouvernementale ou d'une entreprise privée, ne fait affaire avec un individu qui a des antécédents de transactions frauduleuses », a déclaré Richard Messick, ancien spécialiste principal des opérations à la Banque mondiale, qui consulte désormais des organisations internationales sur le développement juridique et anti-corruption. « Il se peut que les accusations portées contre M. Hima soient sans fondement. Un acheteur responsable s'en assurerait absolument avant de contracter avec lui », a-t-il ajouté.

Abdou Karim Sall et Abdoulaye Daouda Diallo aphones

Abdou Karim Sall et Abdoulaye Daouda Diallo, qui ont signé le contrat dans leurs rôles respectifs de ministre de l'Environnement et de ministre des Finances, à l'époque, n'ont pas répondu aux multiples demandes de commentaires. L'OCCRP n'a pas pu joindre Hima pour un commentaire.

Les journalistes ont envoyé des questions détaillées à l'avocat nigérian de Hima, Kayode Ajulo, mais il a refusé de les transmettre à son client. Aussi, les journalistes précisent également avoir contacté les ministères sénégalais ainsi que Benzaquen par téléphone, mais ils ont tous refusé de répondre aux questions.

Le Sénégal s’engage à payer environ 9,06 milliards de FCFA par an jusqu'en 2026

L'OCCRP n'a pas pu confirmer si les armes de l'accord sénégalais ont été livrées, mais le contrat couvre un large éventail de matériaux et de services, des armes et munitions aux bateaux, camionnettes, voitures, uniformes et même des cours de formation sur les drones. Lavie Commercial Brokers a accepté de financer l'accord à l'avance, les autorités sénégalaises versant ensuite à l'entreprise des montants d'environ 9,06 milliards de francs Cfa (15,4 millions de dollars) par an jusqu'en 2026. L'accord prévoit également deux voyages financés par Lavie à Dubaï pour une délégation sénégalaise de six personnes, afin que les responsables puissent inspecter les articles avant leur livraison au Sénégal. Le contrat stipule que les fonctionnaires doivent voyager en classe affaires et séjourner dans un hôtel cinq étoiles.

Les experts ont déclaré que le contrat étaient douteux notamment à cause des prix faussement gonflés – la même infraction dont Hima était précédemment accusé au Niger et au Nigeria. Plus inquiétant encore, les coûts ne sont pas détaillés. Au lieu de cela, seule la somme forfaitaire unique de 45,3 milliards de francs Cfa (77 millions de dollars) est citée dans le document. « La bonne pratique dans tout contrat de biens ou d'équipements consiste à détailler le prix de chaque article », a déclaré Messick, l'ancien spécialiste de la Banque mondiale et expert en corruption.

« Lorsqu'un prix unique est indiqué pour de nombreux articles… il est très difficile de savoir si le gouvernement est surfacturé », a ajouté Messick. Chidi Nwaonu, expert en défense chez Peccavi Consulting, basé à Londres, a également déclaré que l'absence de détail des prix dans le contrat était un drapeau rouge. « Le commerce des armes est traditionnellement opaque et corrompu, mais en Afrique, il l'est encore plus car les achats d'armes sont entourés par la "sécurité nationale" », a-t-il ajouté.

Pour sa part, le président du bureau sénégalais de « Publiez ce que vous payez », Papa Fara Diallo, a appelé à une enquête sur le contrat et a mis en garde contre les effets néfastes de la corruption sur le pays. « La corruption affaiblit l'État sénégalais et compromet le développement et la stabilité du pays. Même si le secret défense signifie que certaines informations ne peuvent pas être rendues publiques, cela ne signifie pas que les autorités peuvent autoriser des actes de corruption ou de détournement de fonds publics », a-t-il déclaré.

Recevez nos Top Stories dans votre boîte de réception

Bienvenue dans la communauté Pulse! Nous vous enverrons sur une base quotidienne les dernières nouvelles sur l'actualité le divertissement et plus encore. Ne ratez rien! Rejoignez-nous sur toutes nos autres chaînes - Restons connectés!

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Qatar : les Lions du Sénégal ont vu leurs épouses...

Qatar : les Lions du Sénégal ont vu leurs épouses...

Politique économique du Sénégal : les chiffre de 2021

Politique économique du Sénégal : les chiffre de 2021

Cheikh Ahmed Cissé déposé en prison

Cheikh Ahmed Cissé déposé en prison

'Gaïndé' : One Lyrical galvanise les Lions dans son nouveau clip

'Gaïndé' : One Lyrical galvanise les Lions dans son nouveau clip

Mondial 2022 : le Brésil endort la Suisse et rejoint la France en huitièmes

Mondial 2022 : le Brésil endort la Suisse et rejoint la France en huitièmes

Récital du Saint Coran : un Prix du président de la République instauré à partir de 2023

Récital du Saint Coran : un Prix du président de la République instauré à partir de 2023

Mondial 2022 : Kudus porte le Ghana dans une éclatante victoire contre la Corée

Mondial 2022 : Kudus porte le Ghana dans une éclatante victoire contre la Corée

Dieyna Baldé parle de son passé douloureux : 'Jai perdu beaucoup de choses'

Dieyna Baldé parle de son passé douloureux : 'Jai perdu beaucoup de choses'

Sénégal : un grand site d’orpaillage clandestin démantelé à Kédougou

Sénégal : un grand site d’orpaillage clandestin démantelé à Kédougou