Madiambal Diagne : 'Bassirou Diomaye Faye ne peut pas être candidat'

Madiambal Diagne, le journaliste et patron du groupe Avenir Communication a abordé, ce mardi, le choix de Bassirou Diomaye Faye, comme plan B d'Ousmane Sonko à la prochaine élection présidentielle.

Bassirou Diomaye Faye

Bassirou Diomaye désigné comme plan B de Pastef à la prochaine présidentielle de février 2024 sera-t-il candidat ? Pour Madiambal Diagne, la réponse est non. Invité de l'émission Tolluwaay sur Seneweb Tv, le journaliste qualifie la candidature du numéro 2 de Pastef comme juste d'une stratégie politique.

"Ousmane Sonko lui-même sait que la candidature de Bassirou Diomaye Faye ne va pas prospérer parce qu'ils sont tous les deux poursuivis pour les mêmes chefs d'inculpation", a-t-il notamment indiqué. Pour Madiambal Diagne, ce choix "prouve, aujourd'hui, que Pastef est un conglomérat d'intérêts et de forces divergentes antagonistes".

M. Diagne déclare qu'"au sein de Pastef, il y a des démocrates purs et durs, convaincus, mais il y a aussi des salafistes purs et durs, convaincus, tout comme il y a des indépendantistes. A ce titre, il soutient que "si on choisit Diomaye Faye, c'est pour privilégier l'un des courants".

"Un député a récemment déclaré que des bailleurs ont mis la pression sur Ousmane Sonko parce qu'il ne peut pas être candidat et cela personne ne l'a démenti", a insisté Madiambal Diagne, soupçonnant des "fonds occultes".

Pour rappel, Bassirou Diomaye Faye, le secrétaire général et numéro 2 de Pastef, a été arrêté le vendredi soir 14 avril. Les chefs d’accusation retenus contre lui comprennent la diffusion de fausses nouvelles, l’outrage à magistrat et la diffamation envers un corps constitué. Ces charges font suite à la publication d’un message sur les réseaux sociaux dans lequel il critique le comportement de certains magistrats.

ADVERTISEMENT

Bassirou Diomaye Faye se voit inculpé des mêmes faits que Ousmane Sonko. Il est maintenant accusé de manoeuvres et actes de nature à compromettre la sécurité publique ou à occasionner des troubles politiques graves, à enfreindre les lois, association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, attentat et complot contre l’autorité de l’Etat en relation avec une entreprise terroriste, financement du terrorisme, provocation directe à un attroupement armé, diffusion de fausses nouvelles, vol en réunion avec violence et mise en danger de la vie d’autrui, complicité d’homicide volontaire par instigation et provocation

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Guinée : début d'une grève générale illimitée, deux jeunes tués

Guinée : début d'une grève générale illimitée, deux jeunes tués

Ziguinchor : 9 détenus politiques libérés dont 5 mineurs

Ziguinchor : 9 détenus politiques libérés dont 5 mineurs

Prison de Liberté 6: la vice-coordonnatrice de l’ex Pastef a subi un malaise

Prison de Liberté 6: la vice-coordonnatrice de l’ex Pastef a subi un malaise

Affaire de parfums volés : le lutteur Gris 2 déféré

Affaire de parfums volés : le lutteur Gris 2 déféré

Grève générale, villes mortes : Aar Sunu Sénégal paralyse le pays, ce mardi

Grève générale, villes mortes : Aar Sunu Sénégal paralyse le pays, ce mardi

Baidy Amar était interné à cause de sa dépendance à la drogue

Baidy Amar était interné à cause de sa dépendance à la drogue

Une responsable de  PASTEF virée : il aurait reçu 15 millions FCFA du  ministre des Finances

Une responsable de PASTEF virée : il aurait reçu 15 millions FCFA du ministre des Finances

Macky Sall persiste et signe : 'le 2 avril, c'est fini pour moi'

Macky Sall persiste et signe : 'le 2 avril, c'est fini pour moi'

CCIAD : suivez en direct le dialogue national

CCIAD : suivez en direct le dialogue national

ADVERTISEMENT