Kaolack

Bébé faussement déclaré mort : Le verdict est tombé pour S. Dieng !

L'aide-infirmière Seynabou Dieng, qui avait -par erreur- déclaré mort un bébé hospitalisé à l'Hôpital El Hadji Ibrahima Niass de Kaolack (centre), a écopé d’un sursis.

Cour d'Appel de Kaolack

Le verdict vient de tomber dans l’affaire du bébé faussement déclaré mort à l’hôpital El Hadji Ibrahima Niasse. L’aide-infirmière, mise en cause, s’en tire plutôt bien. En effet, ce mercredi, elle a été déclarée coupable et condamnée à une peine de 6 mois, avec sursis. Lors du procès, le parquet avait demandé la même peine. L’aide-soignante répondait des chefs d’accusation de négligence et de mise en danger de la vie d’autrui.

Référencé par le district sanitaire de Guinguinéo le 1er mai dernier, bébé Souleymane Diallo a été pour un premier temps déclaré mort avant que le préposé à la morgue ne s’aperçoive de ses cris. Réadmis aux urgences, il décédera quelques heures plus tard.

Le nouveau-né, en arrêt respiratoire, aurait été mis dans un carton pendant plus de 2 heures de temps après avoir été déclaré mort et envoyé à la morgue. L’enfant, qui avait toujours sa perfusion, a commencé à pleurer, quand son papa est venu récupérer le corps à la morgue.

Ce sont les agents de la morgue qui ont constaté que le bébé était bien en vie, malgré le certificat de décès. « Revenu à la vie », l’enfant est finalement décédé dans la soirée du week-end après son retour en pédiatrie.

L’aide-soignante de l’hôpital aurait eu une réaction choquante à l’égard du père du bébé lorsque celui-ci s'est plaint de la situation. « Demal foula nekh », [pars où tu veux] lui aurait-elle balancé à la figure. Le père désarçonné par autant de négligence, déplore cette situation et invite les personnels de santé à plus de responsabilité et de considération vis-à-vis des patients.

ADVERTISEMENT

Diallo père avait même déposé une plainte pour porter l'affaire en justice avant de se raviser quelques jours plus tard. La mise en cause, elle, avait été cueillie et placée en garde-à-vue avant sa mise en liberté provisoire.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT