La cité 'Imbécile' rasée

La Cité Darou Salam, communément appelé "Cité Imbécile" a été rayée de la carte.

cité imbécile

Hier dimanche, tous les habitants (3000 âmes) ont été déguerpis et être envoyés à l’Arène nationale. L'opération est menée en collaboration avec les forces de l'ordre et les services sociaux pour garantir la sécurité et le bien-être des résidents concernés. Tous les déguerpis ont été relogés pour le moment à l'arène nationale de lutte.

Le préfet du département de Dakar, M. Mor Talla Tine, a souligné les conditions d'hygiène et d'insécurité préoccupantes qui caractérisent ces bidonvilles. Ces problèmes majeurs ont incité les autorités à déployer d'importants moyens dès 4 heures du matin pour mettre fin à cette situation précaire. Il a été précisé que toutes les opérations sont menées conformément aux normes relatives à la prise en charge des personnes trouvées sur place.

Pour garantir le succès de l'opération, un dispositif de sécurité a été mis en place, combinant les efforts de la police et de la gendarmerie. Cette coopération a permis de boucler toute la zone concernée, facilitant le déroulement de l'opération dans d'excellentes conditions malgré les difficultés rencontrées.

Cette cité d’une superficie de 50 hectares est niché au quartier Hann / Bel-Air, à hauteur de l’autoroute. Un décor sans pareil. Des maisons majoritairement constituées de baraquements. Les lieux manquent quasiment de tout.

ADVERTISEMENT

Peuplée de quelques centaines de familles, la cité Imbécile est à l’image de ces habitations de fortune aménagées dans certains coins de Dakar. Des sénégalais, maliens, Guinéens, Togolais, Ghanéens, entre autres étrangers, vivaient dans ce quartier fréquenté dans le passé par des malfaiteurs qui allaient s'y réfugier après leurs forfaits.

L'histoire de la "Cité imbécile" remonte à bientôt à plus de vingt ans, après les incidents survenus entre le Sénégal et la Mauritanie (1989). Nous travaillions, ici, dans des champs d’oseille, pendant l’hivernage. Auparavant, c’était comme un quartier chinois. Mais on l’appelait, simplement, Cité.

Avec le temps, les gens venaient s’y implanter, de manière anarchique. C’est de là que certains ont commencé à l’appeler «Cité imbécile». Mais le nom “Cité imbécile” importune tellement les populations qu'ils ont fini de rebaptiser le quartier “Darou Salam” (la maison de la paix). Celles-ci ont depuis lors décidé de barrer la route aux malfrats et vivent désormais paisiblement.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT